Un voile sur l’identité nationale

Alors que le débat sur l’identité nationale voulu par le gouvernement remporte un indéniable succès, la polémique enfle au sujet du voile islamique intégral.

Cette affaire de voile résume assez bien les difficultés qui se posent à la société française et à l’idée qu’elle se fait de son identité. Les professionnels du renoncement nous expliquent que chacun est libre de s’habiller comme il l’entend et qu’en vertu de ce principe il est inutile voire dangereux de légiférer. On peut leur objecter qu’il n’est pas permis de se promener nu dans les rues, ni de rentrer masqué dans une banque, rien n’y fait.

En réalité, le voile c’est bien autre chose. Dans l’esprit de ses promoteurs, Il doit permettre de soustraire la femme musulmane au regard, forcement concupiscant et impur, de l’étranger. Voilà une bien curieuse conception du rapport à autrui. Dans un pays qui a pour devise Liberté, Egalité, Fraternité, porter la burqa ou le hinjab c’est clamer haut et fort son refus de la fraternité. C’est considérer son voisin comme indigne de vous regarder. Cette pratique, sous couvert de religiosité, n’est pas seulement discriminatoire à l’égard des femmes, elle est surtout ségrégationniste. Elle proclame le déni des valeurs du pays hôte, elle exprime un refus farouche de s’intégrer.

Voilà pourquoi le débat sur l’identité nationale se cristallise sur l’islam. N’en déplaise à nos professionnels de la bien-pensance qui s’indignent à longueurs d’ondes et de colonnes d’un déferlement de haine et d’islamophobie, les français ne sont pas racistes lorsqu’ils s’interrogent, à bon droit, sur des alibis culturels servant légitimer un apartheid.

A la décharge de nos professeurs de morale, ils n’ont pas tort sur tout. Ils ont même raison lorsqu’ils affirment que l’on n’a pas pris la mesure du phénomène et que l’on ne s’est pas préoccupé outre mesure des conditions dans lesquelles ces populations étaient accueillies sur notre territoire.

La faute à qui ?

Qui sont ceux qui hurlent au retour « des heures sombres de notre histoire » dès qu’il s’agit d’étudier sur des bases ethniques les critères d’occupation du territoire ? Qui a moqué puis combattu farouchement la politique d’assimilation qui nous avait par le passé permis d’intégrer en l’espace de deux générations les migrants du début du XXème siècle ? Seuls quelques vieux grognards de la République comme Jean-Pierre Chevènement et Max Gallo s’en préoccupent encore, sous les quolibets de ces beaux esprits. Et enfin, qui a si longtemps prétendu ignorer l’importance de la religion musulmane dans notre pays jusqu’à ce que le 11 septembre ne déchire le voile d’hypocrisie, véritable Burqa intellectuelle, qu’ils jetaient sur cette question pourtant fondamentale.

Si la France a indéniablement des racines chrétiennes, il y a bien longtemps que la foi dans les enseignements du Christ ne guide plus la politique publique et la conduite politique des individus. L’histoire dramatique des guerres de religion a accouché d’un déplacement progressif du fait religieux, de la sphère publique vers la sphère privée. La Royauté, la Révolution, l’Empire et la République ont œuvré à arracher le temporel à l’emprise du spirituel. La laïcité est l’aboutissement de ce long cheminement. Il n’est pas étonnant que tant de nos concitoyens en fasse un élément constitutif de l’identité française.

Voilà pourquoi l’Islam fait peur. La troisième religion du Livre n’a pas encore renoncé à régner sur les affaires du monde. Pour faire de sa religion une affaire privée, un musulman doit avoir fait siens les fondements du pacte républicain, il doit être laïc. Cette intériorisation de nos valeurs ne peut venir que par l’assimilation. Les français ne sont pas racistes. Ils refusent juste que se crée par paresse, par peur et par renoncement, une seconde catégorie de citoyens guidés par des principes religieux. Voilà ce qui fait effraye nos moralistes, voilà ce qui les dérange dans ce débat. Si l’on va au fond des choses, on expose leurs erreurs, on dévoile leurs insuffisances, on ne les écoute plus, ils sombrent dans l’indifférence et règnent sur des ombres.

Contrairement à ce que les profiteurs du « politiquement correct » professent, l’assimilation n’est pas la négation des racines culturelles des individus. Croyons nous sérieusement que les Chinois puis les Vietnamiens rejettent leurs origines ? Les Polonais ont ils oubliés la Pologne ? La susceptibilité que les Bretons affichent dès que l’on prétend qu’il pleut plus qu’ailleurs en Bretagne est-elle de nature à nous les faire confondre avec des Berrichons ? L’assimilation agrège au mode de vie du plus grand nombre, elle renforce l’adhésion au projet commun qui permet à chacun de se sentir partie du tout.

L’exaltation du droit à la différence et son corolaire, le communautarisme, c’est l’assurance de frustrations immenses. On ne peut pas, sans risques d’explosions, imposer la persistance de valeurs aussi éloignées de celles du pays d’accueil. Les femmes de France ont conquis leur liberté au terme de luttes nombreuses et difficiles. Vouloir en enfermer certaines derrière des voiles ou des rideaux au nom du principe de la préservation d’une tradition qui n’est établie qu’en Arabie Saoudite et en Afghanistan est insupportable pour nos compatriotes. La montée des incompréhensions consécutives au repli identitaire induit par un tel aveuglement, entraine un rejet global y compris de ceux qui ont une pratique moderne de l’Islam. Beaucoup n’aspirent qu’à vivre en paix dans un pays qui, quoi qu’on en dise, leur a ouvert les bras et des perspectives que leur pays d’origine aurait bien été en peine de leur offrir.

On ne peut pas continuer à brimer cette majorité au nom du respect d’une minorité d’excités plus remuante. Cette politique de l’autruche est bien commode et s’appuie sur les scories d’un tiers-mondisme ou la condescendance le dispute à la bonne conscience et l’arrogance au paternalisme. N’en déplaise à ces esprits « éclairés » de Saint Germain des Prés, la France n’est ni la Corée du Nord, ni Cuba. Si les fondamentalistes musulmans s’y sentent opprimés ils peuvent, à loisir, se rendre dans des pays plus ouverts à leurs revendications pseudo identitaires.

A Rome faisons comme les romains dit l’adage. Ce principe simple devrait guider l’action de celles et ceux qui nous gouvernent, en matière d’accueil des étrangers. Trop souvent hélas, nos élites s’efforcent de changer le peuple car l’entendre est par trop honteux. Quand nos élus cesseront d’écouter les sirènes du politiquement correct, ils gagneront de nouveau le respect qu’ils se plaignent de perdre. Quand des élus suivent leurs électeurs ce n’est pas de la démagogie, n’en déplaise à l’inamovible Alain Duhamel … c’est la démocratie.

Publicités

2 Réponses to “Un voile sur l’identité nationale”

  1. Baba Says:

    Je ne sais pas si vous, c’est le cas, mais franchement, en tant que femme, je préfère vivre dans un état laïc que dans une dictature religieuse. Nos grands-mères se sont battues pour çà !

  2. Le_Xav Says:

    Dans toute l’histoire des peuples, il n’y a pas de développement du modèle social, sans une étape religieuse. La religion est porteuse des dogmes (lois et interdits) qui vont permettre de passer du modèle tribal à un stade de civilisation organisée. La grande force des sociétés modernes et évoluées est d’avoir su franchir ce stade, et aboutir à un modèle laïc, socle des démocraties modernes. Certes avec beaucoup de guerres, de violences, de passions destructrices, mais le pas a été fait et de façon irréversible. Les autres civilisations, faute de cette adaptation, soit ont disparu, soit sont à un degré de développement, économique, social, et politique, peu enviable, si l’on s’en tient au modèle démocratique moderne.
    Une fois de plus les libre-penseurs ne sont que des fossoyeurs!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :