Changement de civilisation

ME0001293785_2

Emportée par son élan et sa bonne conscience progressiste, c’est en ces termes que Christiane Taubira, notre toujours mesurée Ministre de la Justice, qualifia la mesure phare du quinquennat Hollande : le mariage pour tous. Tous les rétropédalages du monde n’y ont rien changé, c’est bien vers un changement de civilisation que se dirige notre Président tout mou. Le problème c’est qu’il n’a pas été élu pour ça. Il a souhaité faire une campagne sur le rejet de son prédécesseur et durant les élections nous avons entendu parler : un peu du nucléaire, modérément des retraites, beaucoup de présidence normale et de la taxation à 75 %. Le reste était inscrit, comme les clauses d’exclusions de garanties dans les contrats d’assurance : en bas de page et en tout petits caractères. Le fait que les couilles molles qui servaient de stratèges à Nicolas Sarkozy n’aient pas osé mettre leur nez dedans, en dit long sur leur sens politique, mais ne dédouane pas les socialistes pour autant. Normal 1er a été élu pour apporter des solutions de gauche (ouarf, ouarf, ouarf) à la crise, pas pour faire sombrer le pays dans une réformite sociétale qui n’a aucun équivalent au monde. Il a expliqué au Peuple — qui l’a cru — que le problème c’était Sarkozy et qu’il suffisait qu’il parte pour que tout s’arrange comme par enchantement. Comme la réalité est toute autre, il faut d’urgence enfumer ces pigeons d’électeurs.

 La famille voila l’ennemi

 « En politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés », disait Tocqueville. Dans le bestiaire des idées reçues sur laquelle s’agglomère la gauche moralisatrice, il est une idée bien ancrée, selon laquelle : la famille est nuisible à l’épanouissement de l’individu. C’est vrai, qu’à bien y regarder, la gauche de gouvernement est plus constituée de fils et de filles à papa en rupture de ban que d’ouvriers méritants. Dès lors, ceux qui avaient fait profession d’interdire l’interdit n’ont eu pour seul objectif que de faire imploser la famille. Depuis des décennies, on ne compte plus les projets de lois sociétales destinés à repousser le fascisme parental. Nous croulons sous les mesures destinées à émanciper les jeunes de la « pesante » tutelle de leurs parents et les professeurs qui s’égosillent sur le manque de repères de la jeunesse actuelle, sont les premiers responsables de la situation qu’ils dénoncent. Leur philosophie pédagogiste post soixante-huitarde, centrée sur les droits et non les devoirs de l’enfant a produit la cohorte de monstres qu’ils affrontent dans leurs salles de cours aujourd’hui.

 observatoire violence EcolePrétendre que ce n’est pas à l’école d’apporter une solution, à ce qui relève de la famille, est une énorme hypocrisie puisque les mêmes apprentis sorciers comptaient précisément sur le Mammouth pour rééduquer la jeunesse. Seulement en cette matière, comme dans bien d’autres, les fonctionnaires chargés de mener à bien le projet ont agi avec une efficacité… de fonctionnaires. Rien n’a abouti et l’institution n’a pas pu, su ou voulu remplacer par une morale « républicaine », les valeurs « désuètes » transmises à un enfant par ses géniteurs depuis des lustres. Ils ont laissé sur le métier un ouvrage à moitié bâclé avec, au milieu, des familles en plein désarroi et des jeunes sans aucun repaire.

 avortementgayqu7Ainsi, dans notre France modernisée, une jeune mineure peut, en toute légalité, aller se faire avorter sans que ses parents n’en sachent rien. On ne peut pas opérer votre enfant de l’appendicite sans que vous signiez trois douzaines de formulaires destinés à couvrir les médecins en cas de difficulté, mais pour ce geste lourd, psychologiquement, qu’est l’avortement, aucun problème, les séquelles : le système s’en bat l’œil. Pire, on justifie cette énormité au nom des mœurs rétrogrades de ceux qu’on nous présente, le reste du temps, comme une chance pour la France. Comprenons nous bien, il n’est pas question ici, de remettre en cause les lois Veil, mais bien plutôt de se poser des questions quant aux conditions maximalistes de leur application. Chaque cas est unique, mais l’organisation des unités de planning familial (quel charmant nom by the way) déshumanise totalement la procédure et tend à banaliser le geste. Non, l’avortement n’est pas un moyen de contraception, c’est un acte chirurgical  et  partant, un ultime recours!

 Vous doutez des mauvaises intentions socialistes envers la famille ? Qui, en France s’est fait le champion de cette fumeuse théorie du gender ? C’est au nom de cette idée puissante qui nie les différences sexuelles que nos progressistes gouvernementaux ont justifié toutes leurs gesticulations autour du mariage pour tous. Le fond de cette agitation compassionnelle est encore et toujours de démontrer que la famille traditionnelle, issue de l’union entre un homme et une femme est un concept ringard, passéiste et très nettement oppressif. Du reste, vous l’aurez sûrement noté, l’Église catholique (autre nom du Grand Satan) s’étant opposée à cette merveilleuse avancée qui fera que des femmes loueront leurs ventres à Monsieur Pierre Bergé, comme des hommes lui louent déjà leurs bras, nous sommes donc bien dans un combat de civilisation. Les forces de la lumière sont opposées aux forces des ténèbres. Le Bien contre le Mal, David contre Goliath, le Beau contre la Brute et le Truand contre l’Évangile, le calice est plein, arrêtons là la douce litanie : à poil la calotte !

Tout est écrit ...

Tout est écrit …

La faillite des politiques éducatives

 Pourquoi tant d’acharnement ? Il se trouve que nos « progressistes » sont observateurs. Ils ont repéré que la famille fut la seule cellule de résistance efficace aux grands totalitarismes du siècle précédent. La famille est un lieu funeste pour l’absolutisme d’État. C’est une source de solidarité privée extrêmement efficace. La famille est imperméable aux modes, elle est un îlot de bon sens dans le salmigondis bien pensant qui nous tient lieu de morale publique.  C’est aussi et surtout un obstacle insupportable au nivellement par le bas. En effet, force est de constater que les lacunes de notre système éducatif qui consiste à égaliser les citoyens au moyen de la diffusion toujours plus large de l’analphabétisme, sont très souvent comblées par les parents. La famille est un empêcheur d’abrutir en rond.

 La-salle-des-profs1Il ne faut pas, non plus, aller chercher beaucoup plus loin les raisons au blocage de la société. Puisque l’école a renoncé à apprendre, l’ascension sociale est extrêmement limitée. L’ascenseur du même nom est en panne parce que nous avons confié son entretien à des clowns. Puisque l’école, nivelée par le bas, ne remplit pas son office, ceux qui le peuvent dispensent leurs savoirs à leurs enfants et tant pis pour les autres. D’où le taux ahurissant de reproduction sociale dans les élites françaises. Ce constat est on ne peut plus connu, pas la peine d’agiter le totem du racisme et de la ségrégation. La solution la plus cohérente aurait été de renforcer les moyens d’enseignement dans les zones dites d’éducation prioritaire afin d’assurer la diffusion des codes sociaux et des savoirs fondamentaux qui vous catégorisent bien plus surement qu’un diplôme bradé au nom de la mixité raciale. Tout le monde sait que l’extrême hétérogénéité de population de ces quartiers favorise les difficultés scolaires, le Français y étant une langue très largement étrangère. Seulement de cela il n’a jamais été question. On nous l’a répété sur tous les tons jusqu’à plus soif : il n’y a pas de problème d’immigration en France. En conséquence de quoi, on a baissé le niveau des enseignements et des diplômes afin de « rétablir l’égalité des chances ». La diffusion de l’inculture est plus facile à mettre en œuvre que la promotion par le mérite. Comment s’étonner qu’une administration qui prévoit la même rémunération pour le prof impliqué dans sa mission et pour le cossard puisse accoucher d’autre chose que d’une catastrophe ? Sarkozy avait tenté, timidement, d’introduire une part variable dans le salaire des fonctionnaires sans aller jusqu’à s’en prendre au Mammouth. Le retour des forces de progrès a depuis mis bon ordre dans cette vile tentative de discrimination du bon grain de l’ivraie. Plus nous avançons dans ce beau système, plus ses failles sont criantes et plus notre société se disloque.

Assumer sa différence

 671A7B60-AD7A-4CDD-A658-E8782B1B3136En vérité si la bien pensance s’acharne autant contre la famille, c’est qu’ils ont tous quelques vieux cadavres à solder dans le fond de leurs placards. Avez-vous remarqué que tous les servants de la messe cathodique sont peu ou prou, en opposition avec le modèle traditionnel de la famille. C’est évidemment valable pour François XVI qui veut marier tout le monde sauf lui. Les journalistes sont de gauche, c’est une cause entendue, mais le nombre d’homosexuels dans cette profession est très largement supérieur à leur nombre dans le reste de la population. Si l’élite du « Paris qui cause » souffre d’un désordre affectif du fait de son anormalité, l’immense majorité des Français n’a pas à subir les conséquences de leur thérapie négationniste. Nier le fait que l’homosexualité soit une pratique marginale ne rend aucun service « à la cause ». Faire de tout hétérosexuel un homosexuel qui s’ignore, corseté qu’il est par les règles d’une société homophobe, est d’un ridicule consommé. Plus qu’un droit à la différence, les homosexuels gagneraient beaucoup à se voir reconnaitre un droit à l’indifférence.

 ATT1Si les activistes LGBT ont du mal à assumer leurs mœurs, ce n’est pas en prétendant que l’eau est sèche qu’ils parviendront à la paix intérieure. Non, tout le monde n’est pas homosexuel, de gauche et vivant en concubinage notoire avec son labrador ! Le problème de toutes les dictatures c’est quand le conducator devient fou. Les beaux esprits qui nous obligent ont perdu tout sens commun à force de prétendre que la terre est plate et qu’une chatte est un chat (si l’on peut dire).  La classe parlante toute puissante nous emmène droit dans le mur, par des chemins où nous ne voulons pas aller… et le tout sans aucun mandat pour le faire. Voilà bien pourquoi, l’argument des opposants au mariage pour tous, réclamant un referendum sur la question, est si audible. S’opposer à cette mascarade ce n’est pas être contre l’homosexualité même si certains affectent de caricaturer ainsi toute pensée divergente, au nom d’une « tolérance » bien ordonnée. Dire qu’il y a plus urgent que de se pencher sur le désir de reconnaissance paternelle de Monsieur FOGIEL n’est pas faire preuve d’un aveuglement coupable. Dire qu’une famille est le fruit de l’union d’un homme et d’une femme, c’est simplement faire œuvre de résistance à la grande entreprise de décérébration qui veut qu’un jour, on finisse par reconnaître le droit des enfants à euthanasier leurs parents pour pouvoir hériter plus vite.

 6903659_orig

La ringardisation systémique des valeurs traditionnelles est une des causes des souffrances de la France. Il est anormal d’être patriote au point que les autorités militaires interdisent à nos soldats de sortir en uniforme dans les « zones sensibles » (comprendre : les bantoustans de la République). Il en va de même pour la police, les gardiens de prison et tout ce qui représente l’État. Il est moins grave de tuer un policier que de conduire en état d’ivresse. La situation sécuritaire est à ce point bonne dans ce pays que l’oiseau des îles qui nous sert de Garde des Sceaux vient de donner des consignes pour ne plus incarcérer personne. La délinquance c’est la faute de la société, pas celle des pauvres malheureux qui se trouvent avoir la bonne couleur pour être excusés. Donner des repères moraux à ses enfants est suspect, voire nauséabond. Personne, en dehors de l’État nounou, n’a le droit de dire ce qu’est le Bien et le Mal au moyen de coûteuses campagnes de communications, menées avec votre argent. Pas de doute, nous quittons la civilisation… pour entrer dans des champs barbares.

Unknown

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

4 Réponses to “Changement de civilisation”

  1. Hervé Says:

    Bravo, monsieur SUIVRE ! Merci de nous éclaicir les idées dans cet océan de bêtise quotidienne dans lequel nous baignons…

  2. Pascal Says:

    Excellent diagnostic, que l’ancien enseignant puis inspecteur Ed-nat que je suis (eh oui, il y a eu au moins un libéral dans ce… euh, truc ) partage pour l’essentiel. Permettez-moi simplement de corriger un point : je cite « La solution la plus cohérente aurait été de renforcer les moyens d’enseignement dans les zones dites d’éducation prioritaire afin d’assurer la diffusion des codes sociaux et des savoirs fondamentaux (…) Seulement de cela il n’a jamais été question. » Mais si ! Les moyens des zones prioritaires sont signficativement supérieurs aux quotas, le ratio élèves/enseignants plus favorable, parfois de beaucoup… mais effecitvement, sans grand résultat.
    C’est qu’il ne s’agit pas d’une question de moyens, mais d’une question de normes, (transmises) et d’objectifs. Avec dix élèves par classe on ne fait pas mieux qu’avec trente, si on a d’avance renoncé à une éducation clairement assimilatrice, et centrée sans complexes sur les savoirs (et non ‘l’éducatif’, autre nom de la négociation).
    Le caïdat de quartoer, qui assume quant à lui ses normes et les fait respecter d’une main de fer, l’a donc emporté sur l’école.
    Y dépenser plus (et il faudrait gagner plus…) n’y changera rien si le pouvoir local n’est pas d’abord repris. C’est pourquoi les bons enseignants, lassés de pousser le rocher de Sisyphe tandis que leurs impôts remplissent le tonneau des Danaïdes, se détournent dès qu’ils le peuvent des zones prioritaires, même quand ils y ont cru un moment. Peut-on le leur reprocher ? les médecins s’en vont, les supérettes baissent le rideau, et la police se fait toute petite , oh, pardon, « de proximité ». L’école est souvent la dernière miette de république dans ces zones, et on sait le sort final des avant-postes encerclés. Sauf contre-offensive musclée bien sûr, mais ce n’est pas demain la veille.

    • marcsuivre Says:

      Nous sommes bien d’accord, par pure idéologie on a refusé de considérer les élèves de ces ZEP comme des non francophones et de leur offrir les savoirs assimilateurs au premier rang desquels le Français comme la Mission Laïque le fait très bien dans les Lycées à l’étranger 😉

  3. Guillaume Ferron Says:

    Attention : « désarroi et des jeunes sans aucun repère. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :