UNE THEORIE D’UN GENRE TRES PARTICULIER

87960816_o

Le petit monde feutré de la pédagogie collectiviste est en émoi. Un virus propagé via SMS par d’affreux fachos (comme il se doit) a, semble-t-il convaincu un nombre substantiel de parents d’élèves qu’il était temps de mettre un terme aux expérimentations hasardeuses entreprises par les lobbys progressistes sur leurs enfants, au sein de l’éducation prétendument nationale. Le fait que la plupart des acteurs du boycott soient de confession musulmane rajoute du piquant à l’affaire. Quoi, comment, les damnés de la terre, l’objet de toutes les attentions socialistes pourraient ne pas être aussi ouverts à la différence  que prétendu ? Le vivre ensemble et le pacte républicain dont le moindre sous ministre à la machine à découper le jambon, nous rebat les oreilles continuellement seraient en danger de mort civique ? Voilà qui mérite un branle-bas de combat général. Et c’est ainsi que l’on s’agite de nouveau autour d’une nouvelle question essentielle à l’avenir du pays : l’impérieuse nécessité pour les homosexuels et autres transgenre de se sentir normaux.

La norme comme horizon sociétal indépassable

theorie_du_genreCette théorie fumeuse qui fait que l’on ne devient fille ou garçon qu’en fonction de ce que la société attend de vous et non en fonction de ce que vous ressentez comme votre nature profonde est une vaste blague. C’est le retour du bon vieux déterminisme social mis à la sauce sexuelle. Derrière tout le verbiage humanisto-lacrimal habituel, cette fameuse « théorie » est surtout destinée à permettre aux homosexuels qui n’assument pas leur différence, d’en rejeter la faute sur l’altérité, en l’occurrence : la société. Car pour les thuriféraires de ce galimatias sociétal, c’est la société qui impose aux garçons d’aimer les filles et (si l’on peut dire) vice versa. C’est parce qu’il joue à la guerre que le petit homme sera hétéro et c’est parce que ses inconscients de parents lui ont mis une poupée entre les mains que la fillette deviendra une bonne mère de famille.

Konk-taubira1Comme tout cela est un peu léger, on en profite pour amalgamer à cette théorie du genre, tous les poncifs sociaux qui traînent sur les étagères débordantes de la bien-pensance, histoire de la rendre indépassable et surtout, de diaboliser quiconque viendrait à émettre des doutes sur le bien-fondé de ces élucubrations. Et nous voilà repartis sur le thème de l’inégalité Homme/Femme qui puise ses racines dans les jeux de nos enfants. L’ineffable Frédéric Haziza, journaliste sur La Chaine Parlementaire (LCP AN) et qui s’est récemment rendu célèbre en combattant (avec les risques que l’on imagine) le dernier avatar de la bête immonde (Dieudonné), cette grande conscience, donc, a récemment tranché définitivement le débat. Il expliqua, à une heure de grande écoute (pour sa chaîne), devant un Bernard Accoyer médusé que les opposants à la théorie du genre étaient … des antisémites. Bon sang, mais c’est bien sûr !

Je norme donc je suis

miege-gender-769x1024Tout est bon pour jouer au con ! Sous prétexte du droit à la différence, on en vient à faire l’apologie de cette même différence. Par un hasard qui n’a rien de curieux, ce sont les plus acharnés des partisans de la culture de l’excuse qui se trouvent être les adeptes de la théorie du genre. Nous avons eu tort de ne voir qu’une posture dans la quête obsessionnelle de la « normalité » que nous a servi le polygame de Tulle dés sa prise de fonction présidentielle. « Lui Président » ouvrait, par ce biais, la voie à une réorganisation sociale autour de la glorification de la déviance, sous couvert de normalisation. C’est donc avec le souci d’apaiser la France que pépère s’est évertué depuis, à nous conduire en direction des verts pâturage du politiquement comme il faut. Les homosexuels peuvent désormais convoler en juste noce et adopter, en attendant bientôt de faire porter ces enfants que mère nature dans son grand égoïsme s’échine à ne réserver qu’aux femmes. Les pères sont maintenant tenus de prendre leurs 6 mois de congé parental et les congés des femmes des récalcitrants seront réduits d’autant. L’homme est une femme comme les autres ! Pendant ce temps-là, les prisons vont être vidées de leurs occupants, car quoi de mieux que la rue et la liberté pour faire d’un délinquant un citoyen « normal » ?

Belkacem-en-2011.captureCette frénésie de normalisation pourrait faire sourire, si elle ne portait en elle tant de périls pour les années à venir. La société française n’est pas prête à devenir le laboratoire des idées démentielles concoctées par les gourous new Age des universités américaines. Dans un pays où le sexe est considéré – à l’instar d’une bouteille de bière –  comme un signe probant de l’existence du diable, je veux bien admettre qu’il soit nécessaire de dépassionner le débat autour de l’homosexualité. Il ne me semble pas que les « Gays » français soient odieusement discriminés en raison de leurs orientations sexuelles, et ce en dépit du barouf que font, dans notre pays, toutes les associations grassement subventionnées par l’État pour nous prouver le contraire. À voir le nombre d’entre eux qui occupent des positions éminentes et hautement rémunératrices à la télévision, dans le show-business ou dans la mode, on a même l’impression du contraire. Il est vrai que leurs démonstrations de mamours baveux en pleine rue ne sont pas encore considérées très favorablement. Ceci dit, un couple d’hétéros se livrant à de pareils débordements buccopharingés ne serait pas à l’abri d’une remarque visant à orienter sa passion vers l’hôtel le plus proche.

Durant sa campagne, François Hollande voulait « ré enchanter le rêve français ». Vous l’aurez compris, c’est parce que de telles expressions ne s’inventent pas qu’elles sont précisément portées par les socialistes et qu’elles sont, à ce titre, particulièrement trompeuses et mensongères. Maintenant que Sa Normalité a réinventé le cauchemar national, le tout en vingt mois, nous nous prenons à craindre le pire pour les quarante restant. Eh oui mes chers amis, nous ne sommes rendus qu’au tiers de la peine et, en la matière, il n’y a aucune remise Taubira à espérer. Au rythme où nos « enchanteurs » pondent leurs imbécillités, le pire est à craindre quant à l’état du pays à la fin de la période qui nous reste à tirer.

Remplacement

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :