Archive for the ‘Société’ Category

PANEM ET CIRCENSES

juillet 11, 2018
Pollice Verso, by Jean-Léon Gérôme

Pollice Verso *oil on canvas *97,4 x 146,6 cm *1872

Le temps passe, les empires et les civilisations s’écroulent, mais les fondamentaux restent. Des Empereurs romains qui n’avaient pas Internet à notre Président jupitérien qui confond décision et communication : en occident, pour gouverner comme il l’entend, l’autocrate doit surtout savoir bien divertir. La folie qui s’empare du pays autour de ce qui n’est qu’un jeu de balle se pratiquant avec les pieds, ne laisse de rendre perplexe l’observateur, peu au fait des constantes historiques. Le parallèle est pourtant saisissant entre les deux époques.

zeus
Dans la Rome Antique, pour conquérir le pouvoir, il ne suffisait pas d’être un brillant général et un stratège politique hors pair, il fallait aussi (et surtout) assoir sa légitimité en flattant la plèbe dans le sens du poil (ce qui de nos jours s’apparenterait à du populisme, si toutefois les commentateurs étaient logiques avec eux-mêmes). Certes l’exaltation de la virtus romaine et le destin planétaire de l’Urbs aidaient les ambitieux à parvenir à leurs fins, tout aussi surement que les donatio consentis aux Légionnaires puis aux Prétoriens, mais rien ne remplaçait vraiment, pour durer, la magnificence du triomphe et les jeux qui l’accompagnaient.

Si les fromages consentis aux tenants du capitalisme de connivence ont remplacé les sesterces généreusement attribués aux porteurs de pilum, force est de constater que tout ceci sort, avec la même régularité, du fiscus publicus, dont le fonctionnement n’a jamais cessé de se perfectionner depuis les Julio-Claudiens, pour parvenir au niveau d’extravagante excellence que nous lui connaissons aujourd’hui. Simplement pour qu’un mouton accepte, sans trop rechigner, d’être tondu par des loups, encore faut-il, de temps à autre, lui faire oublier sa condition, ce à quoi les jeux du cirque et le football parviennent à merveille.

AugustoQu’il s’agisse le pousser la baballe dans les filets adverses ou d’enfoncer un glaive dans le corps d’un Thrace, la foule est prise de la même passion consternante, de la même folie expiatoire et de la même frénésie identificatrice. Se précipiter dans sa voiture pour répandre sa joie à grand coup de klaxon ne rend pas le citoyen du 21e siècle plus civilisé que son homologue du début de notre ère. Il est juste motorisé. La béatitude confondante qui ressort d’une victoire de son champion ou de son équipe rend le fanatique totalement ouvert aux pires lubies de ses gouvernants. Ils ne peuvent pas être malintentionnés, puisqu’ils lui ont permis de « vivre ça ». Or précisément, ils n’ont rien, permis du tout ! Si les Empereurs payaient pour divertir le Peuple, notre Président, en bon coucou se glisse avec contentement, dans ce que l’argent (et donc la sueur) des autres a rendu possible.

5897955

Imaginer qu’un État impuissant à régler la question de la sécurité en général et du terrorisme en particulier, de l’invasion migratoire ou du chômage endémique ait une quelconque part de responsabilité dans la victoire ou la défaite d’une bande de 23 gamins surpayés, ne peut être qu’une vue d’un esprit malade. C’est pourtant ce que nous serinent, à longueur de temps, nos médias subventionnés qui n’ont pas assez de mots pour décrire « la gagne » que le Kennedy d’Amiens aurait su insuffler à cette équipe si « représentative de la France d’aujourd’hui »… Notre Président (Deo Gracias !) est, lui, un amateur de foot. Un expert (un vrai !) qui se passionne pour la tactique et qui apprécie (en connaisseur) le beau geste, la passe décisive, l’arrêt parfait (rayez la mention inutile). Dans ce monde de courtisans, il n’est pas de louanges qui ne soient assez baveuses, pour que son auteur ne sente le ridicule qui devrait pourtant l’étreindre. Mais la flagornerie est hautement rémunératrice et il y a bien longtemps que, même au Figaro, on a oublié la devise de Beaumarchais.

nouveau-ballon-coupe-du-monde-2018-adidas-telstar-8-1050x700Si d’aventure ces « braves petits » que l’on prenait, hier encore, pour de piètres pitres à l’issue de leurs phases de poule apathique, parvenaient à décrocher le « Graal des temps modernes » dimanche, nul doute que les poncifs que nous avons connus il y a 20 ans nous inondent de nouveau. Le déconomètre s’élancera à plein tube et tout y passera. Il faudra bientôt rendre grâce aux passeurs libyens de leur généreuse contribution à la formation de notre équipe des 20 prochaines années. Nul doute que la lutte contre le réchauffement climatique se trouvera dopée par ce résultat inattendu. Les lépreux vont guérir, les paralytiques remarcher, les poules auront des dents et les vaches seront bien gardées.

Tout ira forcément pour le mieux dans le meilleur des mondes… virtuels. Car hélas, rien ne sera réglé. Les islamistes ne vont pas pour autant se convertir au bouddhisme, la croissance ne nous tombera pas dessus par miracle, les impôts ne diminueront pas plus que les cheveux ne repousseront sur le crâne de Zidane. Rien de ce qui fait notre faiblesse ne disparaitra par le biais du foot et gagner la Coupe du Monde, ce n’est pas gagner la guerre.

Le football, pas plus que les jeux d’hier, ne règle rien. Il soulage momentanément les souffrances d’un Peuple que l’on délaisse, il permet, le temps d’un été, d’oublier les réalités qui l’accablent. Mais ces illusions sont fragiles, il suffit d’un coup de tête comme en 2006, pour que le cauchemar revienne avec d’autant plus de force que nous avions cru, l’espace d’un court instant d’insouciance, qu’il avait disparu

36939210_10156004988297562_8734267616522141696_n

Publicités

LA SECONDE MORT DE L’UNION SOVIETIQUE

février 16, 2016

ленин

 

Il était de coutume de dire autrefois, avant la crise, dans les cénacles économiques mondiaux que la France était une Union Soviétique qui avait réussi. Avec un secteur public engloutissant 57 % de son PIB, force est de constater que la France n’est pas le pays le plus ultralibéral de la planète. Aussi pouvons nous dire, sans trop de risques de nous tromper, dans la situation présente d’accumulation de réussites économiques et d’inversion tous azimuts de la courbe du chômage, que la France : fille ainée de l’Union Soviétique est en passe de suivre sa mère dans le tombeau de ses illusions perdues.

 

L’État ou la grande illusion Potemkine

 

12074675_1177613345588388_1765844553547903347_nComme chez les soviets, il faut bien admettre que tout ce que notre nomenklatura technostructure entreprend pour nous démontrer son indispensable utilité se termine généralement par un fiasco retentissant. Régime Social des Indépendants, Pôle Emploi, réforme territoriale, Agence Nationale de Santé, AREVA… tout ce que nos hauts fonctionnaires touchent se transforme irrémédiablement en plomb. Qu’ils soient de droite ou de gauche, nos politiciens s’agitent dans un marigot administratif qu’ils n’ont même plus l’illusion de contrôler, faute de courage. Ils jouissent des apparences du pouvoir, tout en ayant abandonné jusqu’à l’idée même d’en avoir les attributs. Il y a, en effet, belle lurette que l’administration leur a coupé les oreilles et la queue. Seuls les eunuques administrent le sérail. Les Français ne sont pas dupes. De ce hiatus — entre la posture des élus et la réalité de leurs actions — découle ce que la presse subventionnée a baptisé « la grande défiance » entre le Peuple et ses représentants. Nous ne sommes pas subitement devenus indifférents à la politique, nous ne supportons juste plus le spectacle affligeant des pantins qui posent des diagnostics dont ils ne tirent jamais les conséquences.

 

Le monde politique français donne ainsi le spectacle, détestable, d’une fin de règne permanente où seuls les intérêts particuliers de quelques-uns sont pris en considération, au détriment de ceux de la masse du Peuple. Du mariage pour tous à l’obligation d’avoir un gilet jaune dans sa voiture, la politique n’agit plus que pour des segments de peuple. Il en est ainsi en matière d’immigration où des sommes considérables sont englouties, pour traiter les conséquences du refus de maitrise des flux que ce soit : en rénovations urbaines, développement social des quartiers et autres pactes de cohésion sociale, tandis que la France rurale sombre dans une misère toujours plus grande, en dépit des efforts d’une population de « lève-tôt ». Ajoutez-y le cocktail détonant du fiscalisme punitif socialiste (où ceux qui travaillent payent pour ceux qui ne foutent rien) et vous avez une assez bonne idée du « malaise français ».

 

RadarsL’Etat nous survend son rôle protecteur et désintéressé. Il nous fait la leçon en permanence, scrute et stigmatise nos comportements « déviants ». Le racisme est traqué, au point que l’on en vient à condamner un journaliste qui énonce une évidence, à propos de la religion ultra majoritaire parmi les détenus de nos prisons. Dans la même veine, les délits routiers sont punis avec la plus extrême sévérité par des juges qui, dans le même temps, se contentent de rappeler à la loi le « petit délinquant, multirécidiviste » qui leur est présenté pour la septième fois pour vol. Faire chier l’automobiliste et toujours plus facile, plus rentable et moins risqué que de s’en prendre à tous les bons à rien qui passent leurs journées à tenir les murs. Si le grand cirque médiatique, arbitre des élégances du siècle, s’appesantit tant sur la culture de l’excuse pour tout ce qui est minoritaire, c’est pour mieux dénoncer le mal absolu représenté par l’homme blanc, père de famille, propriétaire de son logement et de sa voiture. C’est parce que l’on peine à distinguer l’intérêt général derrière ce fatras idéologique dégoulinant de culpabilisme que l’on se détourne d’un État qui creuse, avec application, le trou dans lequel nous allons finir par l’enterrer.

 

L’État nounou craque de partout

 

rep-fse-socAvec les attentats de 2015, nous avons devant les yeux, ce que nous subodorions depuis longtemps : l’État est incapable de remplir sa mission première. Notre sécurité est remisée au rang de variable d’ajustement. On sacrifie notre sureté au profit d’objectifs humanistes aussi flous que vaseux et de grandes envolées lyriques sur des valeurs qui n’ont aucun intérêt, dès lors que l’on a renoncé à se battre pour les défendre. Les gesticulations auxquelles nous assistons, médusés, sur cette affaire de déchéance de la nationalité achèvent de prouver, aux sceptiques, qu’il n’y a plus aucun pilote dans l’avion.

 

Il faut dire qu’à force de dépenser, sans compter, un argent que nous n’avons jamais eu pour :

 

  • Assurer la paix sociale,
  • Importer de la main-d’œuvre destinée à peser à la baisse sur les salaires,
  • Maintenir dans ses privilèges une fonction publique pléthorique,
  • Renflouer par copinage, avec de l’argent public, des canards boiteux,
  • Prêter à fonds perdus à tous les dictateurs de la planète,
  • J’en passe et des meilleurs…

 

nous ne sommes plus en mesure d’assurer le minimum vital. Le grand défaut de la démocratie c’est qu’elle érige la démagogie en système. Plus on ment au Peuple, plus ce dernier se précipite vers vous. Les deux dernières présidentielles ont été, à ce sujet, spectaculairement édifiantes. Sarkozy Président n’a jamais fait ce qu’il avait promis comme candidat et Hollande président fait le contraire de ce qu’il avait promis pour tenter de succéder au premier.

 

Personne, depuis 40 ans, n’a jamais voulu redresser le barnum. Les réformes rustines ont succédé aux replâtrages en tout genre, mais les sources de gabegies ont toujours été alimentées. Au contraire, plus la situation empirait, plus on s’empressait d’ajouter une bonne dose de dépense publique supplémentaire, comme le pyromane projette de l’huile sur le feu. Résultat, nous sommes ruinés et quand nous sommes attaqués, nous ne pouvons même plus nous défendre, faute de moyens. Bravo les gars, bien joué !

2016-le-Lab-presente-ses-voeux-aux-politiques-pour-la-nouvelle-annee

De l’impuissance à la soumission

islamcartoon

Une fois posé ce constat, nous serions en droit d’attendre de ceux qui prétendent nous gouverner, qu’ils renversent la table et avec elle l’ordre des priorités. Au lieu de couper dans les dépenses inutiles pour renforcer le régalien, nos socialistes louvoient sous les applaudissements de la classe jactante. Ils remettent aux calendes grecques la réorganisation indispensable de nos forces de sécurité sans parler de celle de notre appareil judiciaire et carcéral. Ils ne ferment aucun lieu de culte propagande salafiste, n’expulsent aucun prédicateur délirant, ni ne renversent la moindre alliance avec les puissances monarchiques du Golfe qui pourtant arment le bras de ces féroces soldats qui sont venus jusque dans nos bras mitrailler nos fils et nos compagnes.

 

12341553_10154361682323066_4442164261358712930_nSurtout pas aux armes citoyens, ne formez pas vos bataillons et qu’un sang impur ne vienne jamais abreuver nos sillons humanistes. Non, ce serait trop con ! « La France doit rester elle même », brament en cœur nos esthètes. Elle doit demeurer accueillante, tolérante et bien sûr ouverte à toute la misère du monde qui fait notre richesse et patati et patata… Nous ne mesurons que trop, les progrès de notre enrichissement, depuis 40 ans que cette politique miraculeuse est mise en œuvre sans discontinuer. Bernard Cazeneuve, notre sémillant et tant loué ministre de l’insécurité publique interdit toute manifestation à Calais. Non pas en raison des menaces que les migrants et autres ultras gauchistes font peser sur la population de Calais, mais parce que Pegida souhaite venir soutenir les Calaisiens, face à aux habitants de la jungle. Ils enchristent un Général qui a pourtant servi 3 de leurs Premiers ministres sous Tonton et laissent libres tous les gauchises hirsutes qui cassent du flic à la première occasion. Mes amis sachez le bien, nos socialistes ne vous le diront jamais assez : après Charlie et le Bataclan, le seul véritable ennemi c’est le retour du ventre fécond de la bête immonde, no pasaran !

 

image001Pratiqué à ce niveau, l’enfumage est un art industriel. Pendant que les socialistes sodomisent tous les diptères à 500 kilomètres autour du Palais Bourbon sur la « déchéance de la nationalité », les prêcheurs de haine continuent à appeler au djihad depuis le cœur nos banlieues. Nos services de renseignement hurlent tous les jours à leur hiérarchie que la situation s’aggrave, rien n’y fait ! Dans ces conditions, l’immobilisme criminel du Gouvernement Valls sur ces questions ne fait qu’accroître le danger qui nous menace. Alors que tout le monde s’attendait après les 130 morts de novembre à ce que nous fermions, au moins, les Mosquées radicales (à l’image de ce qui s’est fait en Tunisie), notre Premier ministre ne fait strictement rien. Nos gouvernants se vautrent dans le « pasd’amalgamisme » et ne cessent de louer les valeurs de paix et de tolérance d’une religion dont l’expansion historique ne doit rien à la violence, c’est bien connu. Les concessions et autres « accommodements raisonnables » ne flattent jamais que la haute opinion que nos gouvernants ont d’eux-mêmes. Les fondamentalistes se frottent les mains. Nos renoncements sont autant d’aveux de faiblesses. La France est un fruit à cueillir d’autant plus facilement que ses dirigeants font tout pour l’abattre. Les barbus ne reconnaissent que la force, nous leur offrons des fleurs. Plus le temps passe, plus le roman de Houellebecq quitte le domaine de la fiction pour s’approcher de celui de l’étude sociologique.

 

Nous subissons depuis des décennies les conséquences des choix de l’une des classes politiques les plus médiocres dont le pays ait jamais été affublé. Issue de la haute fonction publique, elle n’a cessé d’étendre le pouvoir de son corps d’origine, jusqu’à ce que sa créature devenue incontrôlable, la confine à l’impuissance. Comme en Union Soviétique la sclérose le dispute à la prévarication pour expliquer l’immobilisme. Face à cette faillite politique, nous en sommes réduits à attendre la venue d’un Napoléon ou d’une Jeanne d’Arc, pour nous sauver du précipice vers lequel notre propre aveuglement nous a conduits. Car, contrairement à 1789, nous ne pouvons pas mettre cette accumulation d’erreurs et cette incurie sur le dos des privilèges de la noblesse et de l’absolutisme royal. N’oublions jamais que nous avons la classe politique que nous méritons, car nous choisissons d’être représentés par elle. Cette aristocratie arrogante et méprisante, nous la maintenons au pouvoir par nos votes. A force de voter … du moins pour le moment … pour des crétins, il ne faut pas nous étonner qu’en retour, ils nous prennent pour des cons.

 

enjoy-socialism

GUERRE SUR ORDONNANCE

novembre 25, 2015

 

République-CC-melina1965

 

Les morts des attentats du 13 novembre n’étaient pas encore tous identifiés que déjà, François le faiseur s’adressait à la Nation rassemblée à Versailles, pour lui annoncer son entrée en guerre. La guerre est depuis, Guy Mollet, la panacée à l’incurie de tout socialiste, en quête de respectabilité. En fait de discours fondateur, nous avons eu droit à un robinet d’eau tiède. Pépère nous a enfilé une série d’annonces sécuritaires qu’il s’était toujours, jusqu’ici, refusé à mettre en œuvre. Nous n’avons, depuis ce funeste vendredi 13, échappé à aucun des poncifs de la duplicité politicienne du « camp du bien » : de l’abattement surjoué, aux coups de mentons martialo-valsistes, en passant par le pasdamalgamise et l’indispensable appel au maintien du « modèle de vivre ensemble » (il faudrait bien un jour finir par choisir entre apartheid et modèle pour qualifier les choses …). La France n’est pas seulement malade, elle est apathique ! Tous les Diafoirus du cirque politico-médiatique se relaient, jour et nuit, pour lui prescrire des ordonnances qui, si elles étaient par malheur appliquées, ne manqueraient pas de l’achever. Le patient serait enfin mort guérît. L’illusion se dissipe. L’heure est grave, car les Français semblent désormais rejeter massivement les prescriptions qui ont, toujours, fait la fortune de nos docteurs Folamour. Les socialistes, grands servants de l’ordre des docteurs Jeckyll, nous ont fait prendre depuis 30 ans, les vessies du vivre ensemble, pour les lanternes des Lumières, et ont, ce faisant, joué sciemment avec nos mythes pour mieux nous berner. Ils vont en payer le prix.

La médiacratie à son meilleur niveau

Hollande-Louis-XVI-majesté - copieC’est donc la panique dans la France qui cause. Il faut dire qu’il y a le feu au lac. Pensez, cela fait des années que nos élites avisées prospèrent sur le terreau – oh combien fertile ! – de la culpabilisation. Honte à ces égoïstes qui prônent la fermeture de ces ignobles frontières, responsables (entre autres) de la noyade de tous ces bons migrants qui viennent jusque dans nos bras, par amour de la liberté et des allocations. Jetons l’anathème sur tous ceux qui prétendent que le communautarisme sème les graines de la guerre civile. Alors que la culture de l’excuse a servi de viatique à ces humanistes pour se donner une conscience à bas coût, les premières victimes se ramassent dans nos « cités ». C’est là que toute une jeunesse décervelée perdue, passe ses journées à tenir les murs tout en ne comprenant pas qu’on lui refuse de vivre comme un footballeur nabab sans transpirer. C’est qu’ils sont bien en peine de comprendre qu’il faut travailler pour vivre, ces petits, puisque nous leur serinons que nous leur devons tout, en vertu de l’exploitation éhontée que nous aurions faite des richesses de leurs pères… que nous leur avons rendu avec l’indépendance. Toute cette belle et juteuse exploitation de la naïveté française, s’est brisée, un doux soir de novembre, alors qu’une dizaine de « chances pour la France (ou la Belgique for what it means) » avait décidé de punir la Liberté et la joie de vivre, rassemblées en terrasse et au Bataclan.

smileyAlors, dès le lendemain matin, toute la classe jactante s’est précipitée pour nous masquer la terrifiante réalité : la faillite complète de l’État nounou. Le mythe de l’État protecteur vole en éclat, car en la matière : le plantage est total. Pensez donc, Big Brother nous dit depuis des décennies comment fumer, boire et baiser. Les flics servent à traquer le pédophile et le délinquant routier, tandis que les douaniers se concentrent sur les fraudeurs du fisc. La seule frontière vraiment surveillée de ce pays, est celle que nous partageons avec la Suisse. Résultat : personne pour nous dire que la Kalachnikov est nuisible à la santé. Personne (ou si peu) pour empêcher le trafic d’arme et surtout : pas de descentes dans les banlieues pour découvrir les arsenaux, au nom de la légitime lutte contre ces vilaines stigmatisations qui sont LA cause de la radicalisation d’une « jeunesse » d’ordinaire si paisible.

cepasalislam

Surtout pas d’amalgame

11150167_10206664316912333_6166357674037966365_nTout à leurs recherches sur la concorde civique pleine de bisous dedans, nos politiciens aveugles n’ont pas vu arriver le mur vers lequel leur machiavélisme angélisme nous a précipités. 129 morts plus tard, ils n’ont pas changé, ou si peu. Ils nous refont le coup de Charlie, alors qu’ils se sont bien gardés d’en tirer la moindre conséquence. Pourquoi parcourir les plateaux de télévision le menton haut et le verbe fort, en expliquant que l’on va fermer des mosquées (dont on encourageait, jusqu’ici, la construction avec l’aide de nos amis du Qatar) et expulser des Imams, alors que tout ceci aurait du être entrepris, dès que souffla « l’esprit du 11 janvier » ? Pourquoi remettre à plus tard ce qui était indispensable début 2015 ? La guerre nous avait été déclarée bien avant le 13 novembre. Ceux qui sont tombés le 7 janvier ne l’avaient pas « bien cherché ». Sauf à considérer qu’être journaliste ou juif c’est précisément « l’avoir bien cherché ». Je ne vois pas pourquoi ce gouvernement d’incapables qui n’a pas entrepris à l’époque, ce qu’il semblerait vouloir mettre en œuvre aujourd’hui, aurait ma confiance au nom de l’Union nationale. Cette Union, ils en ont abusé pour faire taire toute critique et fuir leurs écrasantes responsabilités. Ils sont nuls, ils sont pleutres, ils sont fourbes et pour tout dire : ils sont cons. Ils sont en tout cas incapables de s’occuper de ma sécurité et toutes leurs gesticulations n’y changeront rien. Ils détestent l’ordre et les institutions qui l’incarnent, ils n’auront que mon mépris en guise de chaise curule.

image001Le résultat de leur incurie, nous l’avons devant les yeux. On ne peut pas dire que le « vivre ensemble » ait beaucoup progressé depuis la tuerie du vendredi 13. Et par pitié que l’on nous lâche avec cette tarte à la crème de « l’amalgame ». Car bordel de Dieu (oui, bordel de Dieu est le mot le plus juste pour décrire ce foutoir), bordel de Dieu, donc, pourrait-on m’expliquer ce que ces imbéciles de politiciens sous-entendent avec leurs « amalgames » ? Depuis que les fanatiques du Prophète ont entrepris de nous punir de ne pas partager leurs joyeux points de vue sur l’existence, avons-nous vu se déclencher d’immenses ratonades dans le XVIème arrondissement ? Avons-nous constaté une recrudescence des mises à sac des magasins d’alimentation ouverts tard le soir dans le XVIIème ou à Neuilly ? Les abords de Levallois ou de la Sorbonne sont-ils gardés par les jeunesses catholiques fanatisées qui jettent des pierres sur les journalistes et autres femmes voilées ? Bien sûr que non. En France, en 2015, l’amalgame est le fait exclusif des quartiers livrés à l’œuvre civilisatrice d’une religion de paix et de tolérance. Ils s’embrasent dès que l’un des leurs trouve la mort au guidon d’un deux roues qu’il conduit sans casque. L’amalgame tant redouté par nos politiciens les soirs d’attentats n’est jamais invoqué par les mêmes, quand les « chances pour la France » mettent leurs villes à feu et à sang, car la Police est toujours supposée leur être hostile, de même que la Nation hôte.

Mettre des mots sur les maux

je-suis-un-charlotLes mots ont un sens et refuser de nommer l’ennemi est déjà, en soi, une preuve de lâcheté. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Mou du genou Premier et ses camarades explosent les compteurs en la matière. Dans son adresse à la Nation, les terroristes ne sont pas islamistes, pas plus que l’État de ces barbares n’est, lui aussi, islamiste. Nous allons vaincre le terrorisme (la bonne blague) pas l’islamisme (ce qui serait nettement plus efficace). Nos amis du Golfe ne nous pardonneraient pas pareille confusion impie. Alors pour désigner l’ennemi, les socialistes (et autres arbitres des élégances) abusent de l’acronyme arabe DAECH (avec des prononciations folkloriques qui vont de « dash » à « dèche ») pour surtout éviter de mettre de l’Islam dans leurs condamnations.

FB_IMG_1447750808224

Bien sûr tous les musulmans ne sont pas coupables. Pour autant, les décérébrés criminels du vendredi 13 n’ont tout de même pas hurlé le nom du Métropolite de Constantinople en perpétrant leurs lâches assassinats que je sache. Un autre point important est à porter à l’attention des plumitifs de la bien-pensance. Ces brutes fanatisées n’ont « exécuté » personne. Une exécution est effectuée en vertu d’une décision de justice. Vendredi 13 décembre, il n’y avait aucune justice à l’œuvre derrière l’acharnement de ces Trolls. Ce sont des meurtriers, des assassins ou des criminels, mais en aucun cas des exécuteurs. Les salafistes et autres wahhabites sont nos ennemis. Les assassins sont tous sunnites depuis le World Trade Center. Il est donc grand temps de renverser nos alliances, d’envoyer promener les pétromonarques du golfe et leurs milliards sanguinolents. L’Islam n’est peut-être pas LE problème, mais la façon dont le vivent nombre de ses « fidèles » est UN problème. Pour trouver, ensemble, des solutions, il faut d’abord commencer par nommer les choses. Pour prétendre éviter les amalgames, il faut d’abord surtout refuser les euphémismes.

10999574_679007855542920_4519699675622306906_n

Les socialistes viennent de rencontrer, violemment, la 5éme colonne dont ils niaient, jusqu’ici, farouchement l’existence. Plus le temps passe, plus le fanatisme se répand, surtout quand on se bande les yeux pour ne pas le voir à l’œuvre. Le PS a mis en place la plus grande fumisterie de l’histoire de ce pays. Il a sciemment favorisé la montée du communautarisme, à des fins électoralistes, tout en criminalisant les résistances à ses sombres desseins. La gauche porte ainsi une responsabilité écrasante dans le drame que nous venons de connaître. Mais elle n’est pas seule ! Toute la bande de grands couards, prétendument de droite, qui se vautrent dans l’invective, à la moindre injonction des journalistes « indépendants » n’échappera pas à ses responsabilités. Depuis des années, la droite honteuse, traque tout ce qui ne pense pas correctement dans ses rangs. Taraudés par leur surmoi de gauche, les énarques échoués à droite lancent des fatwa sur tous ceux qui tentent d’alerter sur les conséquences de ces compromissions. Les « arrangements raisonnables » sont le fait d’une idéologie relativiste, d’une haine de la nation et de soi même menées pourtant dans l’ entre-soi le plus strict. Les bobos ont donné le La du suicide français depuis trente ans. L’inanité de cette pensée émolliente éclate au grand jour. Nous sommes en guerre, selon notre Président tout mou. Alors, célébrons la patrie, soutenons nos soldats, soyons fiers de notre drapeau et de notre hymne. Affirmons nos valeurs : sortons, buvons, célébrons la vie et surtout soyons pleinement, entièrement et totalement Français.

11168484_803842366395179_2640427494399068081_n

ELOGE DU BICAMERISME

avril 17, 2015

Larcher-Bartolone-AFP-1280

Il y a de cela peu de temps et prenant prétexte d’une question que l’on ne lui posait pas, l’ineffable cuistre qui sert de Président à l’Assemblé dite nationale déclarait que l’avenir du Sénat était de se fondre dans un grand machin inutile avec les suceurs de fonds publics du Conseil Economique Social et Environnemental. Posé en des termes élégants, comme seul un spécialiste de la gabegie budgétaire (élu de Seine Saint-Denis qui plus est) peut en produire, le débat qui s’en suivit ne manqua pas de provoquer les foudres de Gérard Larcher, le nouveau Président du Sénat. La petite plaisanterie ayant eu lieu alors que les frères Kouachi venaient à peine de faire entendre leur droit imprescriptible à la différence, elle eut le bonheur, entre autres conséquences, de provoquer un travail séparé sur l’analyse des causes ayant conduit à ce drame « de l’intégration en panne ». Au lieu d’un rapport commun Sénat-Assemblée nationale, nous avons donc eu droit à deux constats distincts. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la comparaison apporte autant d’eau au moulin de Bartolone sur l’inutilité supposée du Sénat que l’Etat Islamique contribue à l’émancipation de la femme.

L’Assemblée nationale se ridiculise…

bartolone-caricatureSelon les termes de la commande présidentielle, il revenait au Parlement de produire des éclaircissements sur le « sentiment d’appartenance républicaine ». Partant du principe, pour le moins sujet à caution, que la République adoucit les mœurs en matière de propagation de la foi religieuse à coup de mitraillette, Pépère voulait savoir ce qui pouvait bien pousser des « enfants de France » au meurtre de masse. Afin de lutter contre les amalgames et les stéréotypes qui sont, comme chacun le sait, à la source des maux dont nous souffrons, les deux branches du pouvoir législatif allait donc se livrer à un état des lieux… distinct.

Comme avec les socialistes le pire n’est jamais à craindre, mais toujours à redouter, Bartolone affirme donc péremptoirement, au terme de l’exercice, dans son tissu d’âneries relié double face, que ce fameux « sentiment d’appartenance républicaine » n’est en rien lié au mode d’acquisition de la nationalité, ni à la religion (hrem hum reuh reuh !). Monsieur Bartolone s’est probablement penché sur la délicate question de l’intégration des moines bouddhistes dans la République française, pour nous livrer pareil sophisme. Comme le ridicule ne lui fait pas peur, il enfonce le clou, tel un légionnaire Romain sur le Golgotha un Vendredi saint : “le sujet des appartenances religieuses, des origines familiales ou de l’actualité de la loi de 1905 (sur la laïcité, ndlr) n’est jamais apparu spontanément”. Non, mais sérieusement bonhomme, tu vis sur quelle planète et tu as interrogé quelles personnes, en dehors de tes collaborateurs ?

Smiley-hitlerLa cause de tous les malheurs est connue de notre bon Claude. Pour lui,  si certains sont à l’écart de ce « sentiment d’appartenance », comme “les absents des marches des 10 et 11 janvier”, ce n’est en rien lié à “la religion des uns ou des autres” (non, penses -tu, c’est dû à leurs pratiques sexuelles !), mais au fait “que notre République est aujourd’hui malade de phénomènes de repli, de cloisonnement, d’entre-soi”. Repli, cloisonnement, entre soi… bon sang, mais c’est bien sûr : Charlie Hebdo, c’est la faute au FN. Sommes-nous stupides de ne pas y avoir pensé de nous-mêmes, heureusement que ce bon Bartolone est là pour nous rappeler les évidences. S’il y a bien un problème en France en 2015, c’est le FN et la cohorte de cathos intégristes “ultras fanatisés” qui lui est indissociablement attachée. Le danger qui guette la France, c’est l’alliance entre Marine et Monseigneur 23, pas la conquête islamique des banlieues de nos villes.

i.mobofree.comSi vous trouvez ce constat accablant, attendez-vous à ne pas être déçu par le remède. Le petit télégraphiste du 9-3 a trouvé la panacée, celle qui fera qu’il n’y aura dorénavant plus de Kouachy et autres Coulibaly. La source du mal qui ronge la société française aura été tarie par le génie de Bobigny. C’est simple comme bonjour et les socialistes le réclament depuis 2003. La citoyenneté c’est un droit (ah bon ?), mais aussi un devoir (sans dec ?). Les immigrés et leurs enfants qui ne rejettent pas la République (et la France) pour de triviales questions religieuses (c’est bien connu) rentreront dans le rang, dès que le vote aura été rendu OBLIGATOIRE ! Ils te tirent dessus, mais si tu les forces à aller voter, ils vont, comme par enchantement, déposer leurs armes et célébrer avec toi la République dans une joyeuse farandole fraternelle. Putain, Claude arrête de fumer la moquette, ça te crame les neurones !
648x415_france-integristes-extremistes-juifs-chretiens-musulmans-refus-republiqueAutre idée d’enfer qui va tout changer : obliger les élèves de l’ENA ou d’autres Grandes Ecoles (lesquelles, selon quels critères ?) à effectuer un stage de trois mois en zone sensible. Là, on touche au sublime. Il est évident qu’en mettant le nez de nos zélites en devenir, dans les ghettos de nos chères banlieues, la magie va opérer. Des populations qui s’ignoraient (sauf lors des attaques de RER) vont du coup se tomber dans les bras et, bien évidemment, “s’enrichir de leurs différences”. Pour ce qui est de l’enrichissement, je vois assez bien comment, lors de ces rencontres improbables, les pauv’ victimes de l’apartheid territorial vont s’y prendre pour améliorer leurs fins de mois. Je distingue, en revanche, moins bien ce qu’en retireront les “privilégiés” qui leur seront ainsi envoyés en pâture, si ce n’est une vue assez précise de ce que décrit la famille Le Pen depuis trois décennies. En résumé, l’Assemblée s’évertue à démontrer l’indémontrable avec l’aplomb absolu du donneur de leçon patenté. Pas de doute, avec de telles productions, nos impôts sont bien utilisés.

francois-hollande-boulevard-voltaire

… Pendant que le Sénat nous surprend

jpg_bakmailarcher-80ac3-6e54eEt le Sénat dans tout ça me direz vous ? Au risque de surprendre les amateurs d’idées libérales préconçues, le Palais du Luxembourg a produit une analyse aussi réaliste que celle de l’Assemblée est imaginaire. Pour surprenant que cela puisse paraître, Gérard Larcher — qui jusqu’ici ne passait pas pour un homme prompt à renverser les tables — est allé plus loin qu’un gaulliste n’est jamais allé sur ces questions, depuis que le Général ait expliqué doctement que s’il avait abandonné l’Algérie c’était parce qu’il ne souhaitait pas que “Colombey-les-deux-Eglises devienne Colombey-les-deux Mosquées”.

image002 2Gérard Larcher avait déjà commencé à effaroucher les chaisières en déclarant, il y a quelques semaines de cela, que : “notre capacité d’intégration est saturée, on n’intègre pas bien”. Et le chœur des vierges de crier à l’abomination, à la discrimination et autre faribolations de circonstances. Cet avant-propos, marqué au coin du bon sens, est suivi, au fil de ce rapport, d’un nombre impressionnant de constats, tous plus pertinents les uns que les autres. S’il réaffirme que l’Islam est compatible avec la République (ce qui ne mange pas de pain), il en profite pour expliquer comment doit s’organiser cette compatibilité. Accrochez vous, vous n’êtes pas (plus, pour les plus âgés) habitués à cela. Le Président du Sénat l’écrit en ces termes : “je pense l’Islam compatible avec la République, mais il faut que la République fasse avec lui ce qu’il a fait il y a 110 ans avec le catholicisme” et d’ajouter in petto “j’affirme des principes : la supériorité des lois de la République qui ne peuvent faire l’objet ni d’accommodement ni de transaction, l’égalité hommes-femmes, l’indépendance de la recherche scientifique, le droit à l’apostasie, c’est-à-dire de pouvoir changer de religion…” Vous ne rêvez pas, vous avez bien lu et lui l’a bien écrit !

 

parti-socialisteFichtre, diantre que voilà des affirmations qui tendraient à confiner tout autre que l’auteur de ces lignes, dans le camp du Mal absolu par les progressistes autoproclamés. Seulement Gérard Larcher n’est pas le premier venu. Puisque la sombre buse qui lui sert d’homologue à l’Assemblée lui a signifié son inutilité législative, le Sénateur des Yvelines a décidé de briser l’omerta. Comme le Sénat ne sert à rien, il a décidé d’en faire, pour l’occasion, le porte-parole de la France réelle. C’est habile et politiquement très bien joué. Du coup, l’archaïsme change de camps. Le roi est nu et la vision “cul-cul la praline” du vivre ensemble, défendue contre toute évidence par le parti socialiste, passe pour une grosse daube indigeste.
11060867_10153159624017088_2564924227189525350_nMais le Sénat ne s’arrête pas en si bon chemin. À propos de l’école qui rempli si bien sa mission de diffusion massive de l’illettrisme, Gérard Larcher en remet une couche à laquelle, les profs qui voient encore des élèves (ce qui exclue les syndicalistes et les députés socialistes) ne pourront que souscrire. “À force de chanter les différences, on a oublié de chanter ce qui nous unit”. “Nous assistons à une école qui vit le repli communautariste. Je ne mets pas celle-ci en cause, mais on ne peut plus y enseigner de manière apaisée l’histoire, les sciences naturelles ou le sport”. Dès lors, juge-t-il, “on a besoin que l’autorité se réaffirme”. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le Président du Sénat accélère en dénonçant l’impasse des politiques de la ville qui ont surtout conduit à l’abandon des campagnes. “Il y a aussi des gens qui ont le sentiment qu’on ne s’intéresse plus à eux, qu’on les oublie. Ils ont le sentiment d’un État complexe, lointain, normalisateur”. Il propose de faire “de la réhabilitation de cette France d’à côté un axe prioritaire d’action de l’État”, “en ne faisant plus du financement de la politique de la ville et des quartiers l’exclusive priorité”. Dire que les fonctionnaires qui nous gouvernent, tout imbus de l’autorité de l’État qu’ils soient, sont perçus dans nos campagnes, avec la même aménité (et pour les mêmes raisons) que les clowns de Bruxelles, voilà qui va miner le moral de notre zélite administrative.

10906110_10205977612859121_8074542850760984440_nEnfin là où l’autre engeance du “parti de l’intelligence” veut envoyer les énarques en ZEP, le Président Larcher suggère, lui, de rendre le service civique obligatoire (mais pas nécessairement dans les Bantoustans), pour ceux qui s’apprêtent à devenir fonctionnaires, mais aussi pour tous les candidats à la nationalité française. Arrêtons-nous un instant sur cette proposition. Elle est pleine de bon sens, car elle plonge l’apprenti fonctionnaire dans le bain de la réalité de l’intérêt général et met le futur Français en capacité d’appréhender la complexité de la communauté nationale qu’il rejoint. Dans un cas comme dans l’autre, seules les personnes motivées seront volontaires. Toute personne de bonne foi (ce qui exclut les fonctionnaires syndicalistes et les militants antiracistes) percevra le bénéfice de cette mesure. Ces bienfaits seront même décuplés en ce qui concerne les femmes. Elles s’affranchiront ainsi des tutelles masculines qui peuvent s’avérer très pesantes, particulièrement dans la seule des trois religions du Livre, dont le Prophète n’était pas juif…

32e6a5d5f5c11caa807afc70410f68c8_400x400

On le voit, particulièrement en cette occasion, loin d’être une institution inutile, le Sénat est la chambre où peut se produire l’inattendu. Cette prise en compte du pays réel prouve que loin d’être une source de dépense inutile, le bicamérisme permet à nos parlementaires de réfléchir. Là où l’Assemblée fait de la politique, le Sénat, lui, construit patiemment le droit. Oui, les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect, par un collège restreint de “grands” électeurs. Oui, ils ne répondent pas directement de leurs votes devant le Peuple, ni devant le très partial tribunal médiatique. Oui, leur indépendance est étonnante dans une démocratie. Mais c’est précisément cette indépendance qui les rend indispensables, car elle les protège de la dictature de l’instant et du politiquement correct (enfin pour ceux qui n’aspirent plus à être ministres). Nous avons l’habitude de pester contre les trains qui arrivent en retard et de ne manifester qu’une indifférence polie pour ceux qui sont à l’heure. Alors que depuis des lustres notre classe politique plante, au mieux, sa tête dans le sable pour ne surtout pas voir les conséquences de son incurie en matière migratoire, je pense qu’il est indispensable de manifester notre approbation quand quelques rares courageux (comme notre bon Président Larcher) osent braver les interdits. À défaut, ces “Braves” n’entendront que le concert des vertus outragées et il y a fort à parier qu’alors, rendus sourds par ces cris d’orfraie, ils finiront par passer leur tour lorsque la prochaine occasion de décrire la réalité vécue par leurs électeurs se présentera. On ne peut pas pester contre l’aveuglement de nos élus et ne pas les féliciter quand, enfin, leurs yeux se décillent.

lalar-3074141-jpg_2689889_652x284

ET DE DEUX !

avril 2, 2015

accident-montparnasse2

Voilà, c’est fait ! Une fois encore, le train des illusions socialistes s’est encastré dans le mur des réalités que ses conducteurs refusaient obstinément de voir. Ce faisant, ils perdent leurs ancrages locaux, avec une constance qui force le respect. Ces déroutes communales puis départementales, en attendant la conclusion régionale, ne sont pas neutres. Entamée après la bérézina de 1992, la lente conquête de « la France des territoires » avait permis au PS de résister à l’implosion, au soir de la défaite de la folle du Poitou, en 2007. Dans la bataille de chiffonniers homérique qui s’en suivit, Martine Aubry avait tellement bourré les urnes pour faire barrage à l’ex de son prédécesseur, qu’à côté, la guerre Fillon-Copé est passée pour une votation suisse. À l’heure où les grands féodaux socialistes se retrouvent à poil, on est en droit de se demander ce qu’il restera du PS après les Présidentielles de 2017, si Pépère mord la poussière.

Les Français sont-ils vraiment des veaux ?

ob_dc893c_votez-meuhLe consensus journalistique moutonnier veut que le pouvoir perde « systématiquement » les élections abusivement qualifiées « d’intermédiaires » par ces mêmes cuistres. Ce terme est impropre, car il s’applique au régime politique américain qui prévoit, entre autres, un renouvellement de la moitié du parlement à la mi-mandat du Président. Point de cela chez nous, ce qui permet à Manuel de faire son Bravo sur les estrades, en clamant haut et fort que « quoi qu’il arrive » il restera bien « cuté » dans son fauteuil de Premier sinistre après la défaite. Tout cela est on ne peut plus constitutionnellement correct, à défaut d’être politiquement intelligent, dans la mesure où l’Exécutif procède du Législatif et non du Conseil fut-il : municipal, départemental ou régional.

11024771_10205248952597873_5001477424220546505_nCette petite précision institutionnelle à l’usage des journalistes étant posée, intéressons-nous à cette fameuse « malédiction ». Il est exact que depuis François Mitterrand (au moins) les scrutins locaux tournent, le plus souvent, à la fessée pour la majorité parlementaire en place. Il est tout aussi vrai qu’avec des hauts et des bas — qui doivent plus au mode de scrutin qu’à la mobilisation des électeurs — les Français se tournent vers les opposants institutionnels. Il leur arrive même aussi de placer des extrémistes en tête (oh le vilain retour de la bêêête immonde que voici !). C’est généralement le cas lors des élections où ils estiment (à juste titre) que les conséquences d’un tel vote seront à peu près nulles sur leur vie quotidienne. C’est ce qui explique le succès du Front familial des Le Pen lors des Européennes (oui, je sais, l’Europe c’est important, mais comme rien ne se décide au Parlement, on peut y envoyer n’importe quel clown). Maintenant que nous avons démontré que les Français sont beaucoup moins cons que leur élite ne le pense à longueur d’ondes et de colonnes, interrogeons-nous, afin de tenter de comprendre pourquoi, les majorités nationales sont sanctionnées lors des scrutins locaux.

Malédiction du pouvoir ou juste retour des choses ?

president-des-bisousParler de malédiction est encore une manière d’éluder la question. S’en remettre à la fatalité exonère celui qui s’y emploie, de toute analyse objective des conditions qui ont présidé à la déroute en question. Pourtant, à bien y regarder, ces choses-là n’arrivent pas sans raison et si les branlées touchent aussi bien la droite que la gauche, force est de constater qu’elles ne le font pas avec la même intensité, ni de la même façon. La droite se fait déculotter là où la gauche se fait étriller. L’explication est simple. Elle tient au hiatus qui nait de la mère de toutes les batailles : la Présidentielle. C’est en effet lors de cette élection que tout se joue. La droite se fait élire en proposant des remèdes qu’elle n’applique pas, là où la gauche arrive au pouvoir en expliquant que personne ne va souffrir. La droite pèche par omission, la gauche ment sans vergogne. Les pipeaux étant de nature différente, la sanction n’est pas la même et la droite, quand elle perd, a beaucoup moins mal au cul que la gauche. Ceci étant, pourquoi les candidats à la magistrature suprême racontent-ils n’importe quoi avec tant d’application ?

10995608_1039620856066076_1080169545595616818_nMaintenant que la Présidentielle est couplée aux législatives, il semble indispensable aux stratèges de « faire rêver l’électeur » (c’était déjà le cas avant, mais il y a aujourd’hui, du fait de cette réforme inepte : 577 candidats à la députation qui comptent sur le vendeur de vent en chef pour parvenir à leurs fins). Du coup, tout est bon pour appâter le cochon et, plus la situation est difficile, plus le bobard est gros. Regardez Hollande en 2012 : « lui Président » n’a reculé devant rien. Tout autre que « lui socialiste » se serait fait traiter de « démago », mais là, non. Le sort de la France est fixé pour 5 longues années, au terme d’un débat biaisé par le fait que les journalistes qui le portent à la connaissance des électeurs sont de parti pris (au sens premier du terme). Entendons-nous bien, à l’étranger les journalistes ne sont pas plus objectifs que chez nous. Ils sont juste plus divers dans leurs engagements partisans. L’absence de diversité d’opinion dans la presse française concourt puissamment à cette gigantesque arnaque qui a consisté à faire croire aux Français que le problème était Sarkozy (et que seuls les riches paieront, que la seule ennemie c’est la finance, etc. etc.).

UMPS

4266223759Si la droite, en n’engageant pas les réformes promises, déçoit ses électeurs lorsqu’elle est aux responsabilités, la gauche, elle, exaspère les siens en faisant le contraire de ce qu’elle a dit, une fois parvenue au pouvoir. La droite ne l’est vraiment que dans l’opposition et les socialistes ne sont jamais autant de gauche que quand ils espèrent remplacer la droite. S’en suit un improbable brouet idéologique qui fait les délices du Front national sous le terme simple, mais furieusement parlant « d’UMPS ». Cependant, à y regarder de près, l’ampleur des récentes défaites socialistes ne s’explique pas seulement par la déception de ses électeurs, mais, aussi par une prise de conscience, dans le pays, de la nécessité de mettre un terme au « modèle français » qui consiste surtout, à ne jamais faire les réformes que la situation exige. Les électeurs sortent doucement du consensus mou. Contrairement à ce que croit Bayrou, la France ne souffre pas tant de l’absence des centristes que de la mise en œuvre de leur pensée émolliente depuis de trop longues années.

10347235_10205895305761107_148766594336644595_n En effet, le « surmoi » centriste veut que depuis 40 ans : la droite pose le diagnostic et ne met rien en œuvre pour y remédier, alors que la gauche se propose de diaboliser le thermomètre pour éviter qu’il ne serve à prendre la température. Dans les deux cas, personne ne fait rien et l’état du patient se détériore. La hausse vertigineuse des impôts que nous subissons depuis 5 ans n’a rien résolu de nos maux, elle a juste permis à l’État de continuer à payer ses fonctionnaires. Les efforts considérables consentis par les Français n’améliorant pas leur situation, leur irritation monte et les médias de s’interroger sur le sens de cette colère. Le score ridicule de l’histrion Mélanchon prouve, au moins, que les électeurs n’attendent plus rien des keynesiano-collectivistes. Les socialistes sont revenus au pouvoir avec un candidat charismatique comme un lavabo, au point d’avoir fait campagne sur le fait d’être « normal ». Il nous a vendu un « New Deal » et met en œuvre une politique à la Hoover. Les socialistes ont menti aux Français en prétendant pouvoir améliorer les choses sans effort et payent, aujourd’hui dans les urnes, le prix de ce forfait originel. En réalité, la difficulté du moment vient surtout du fait qu’à force de désillusions, les électeurs se tournent vers ceux qui, n’ayant jamais été au pouvoir, ne peuvent pas les avoir déçus : le Front national

La République nous appelle

10006593_750459081733508_4357783828522216831_nDire que les solutions économiques proposées par le FN sont ineptes est une nécessité, mais ce ne sera pas la solution, car le mal est beaucoup plus profond. Pas plus que la morale, la rationalité économique ne détournera un électeur du Front, il n’en est plus là. C’est qu’en plus d’être économique, la crise est surtout identitaire. À force d’expliquer tout par la « misère sociale », nos politiques ont oublié de s’interroger sur ce qui donne corps à la Nation qu’ils prétendent diriger. Le retour tant attendu de la croissance (qu’il conviendrait d’encourager plutôt que d’espérer qu’elle tombe du ciel) ne changera pas fondamentalement la donne, car il convient surtout de refonder notre pacte national pour remettre le pays à l’endroit.

Asterix-en-HispanieIl faut donc se donner les moyens de mettre en œuvre une politique authentiquement de droite car contrairement à ce que bêlent les journaux, nous ne l’avons plus été depuis Pompidou. Il faut, en conséquence, rompre avec cette idée — tellement moderne qu’elle est incarnée par Juppé et Duhamel — que ce pays veut être gouverné au centre. Il l’est depuis quarante ans avec les résultats que l’on connaît ! Nous devons revenir à nos fondamentaux et promouvoir la Liberté. Pour installer cette idée, il est indispensable d’en finir avec le mythe de l’Égalité, érigé en absolu totémique. L’Egalité n’est pas un nivellement, mais l’assurance de disposer des mêmes droits et partant des mêmes chances. Déshabiller Paul n’a jamais permis à Jacques d’avoir chaud, contrairement à l’adage socialiste répandu, car cette opération est tellement contre nature qu’elle ne produit que l’éparpillement des richesses au bénéfice des intermédiaires nécessaires à sa mise en œuvre forcée. En résumé : elle permet à Philibert le haut fonctionnaire d’enfiler le manteau de Paul. Pour y parvenir sans que Paul et Jacques ne se coalisent pour le rendre à la vie civile, il explique au premier qu’il est un mauvais Français, car le second à froid et popularise cet intéressant concept par l’entremise d’Évariste le journaliste et de Béatrice l’institutrice.

Pour casser la spirale populiste de l’égalitarisme, il est donc indispensable de changer les codes et ceux qui les véhiculent. Nous devrons investir massivement dans la désoviétisation de l’enseignement au moyen de l’autonomie des établissements, de la mise au placard des docteurs en pédagogies et autres « sciences » de l’éducation et par la contractualisation des personnels. Enfin, le principe de la fin de l’intervention publique dans les médias devra être une règle absolue. Lorsque les journalistes se retrouveront au chômage faute d’avoir intéressé leurs lecteurs à leurs élucubrations, il est probable que nous trouverons plus de pluralité dans la presse française.

11101230_10206464339833944_2690489626704458276_nEn France, c’est l’alliance de la plume et du tableau noir qui nous confine dans cette recherche éperdue de l’Egalité miraculeuse. Pour plaire aux éditorialistes et aux profs, il faut être de gauche dans l’hexagone et se joindre à une politique d’inspiration libérale en Europe. Il faut « s’ouvrir à la diversité du monde » et être hermétique à toutes les objections qu’elle suscite. Il faut « être intransigeant sur les valeurs de la République » et mettre en œuvre tous les accommodements raisonnables possibles, pour que les étrangers puissent persister dans l’être. Il faut être généreux avec l’argent des autres et bien cacher le sien. Il faut dénoncer l’apartheid pour mieux en assurer la mise en place effective. Bref, il faut être fils de Républicain Espagnol, avoir épousé une violoniste, faire de la com’ en toute circonstance et surtout, se comporter toujours comme si le sort du monde dépendait de la manière dont vous vous levez le matin.

valls-3147263-jpg_2796043_652x284

S’il est indispensable de rééquilibrer les choses en faveur de la Liberté, nous ne pouvons ignorer l’impérieuse nécessité de Fraternité que nous imposent les temps difficiles que nous vivons. Ce qui a fait la France, c’est ce triptyque républicain popularisé – et ce n’est pas le moindre des paradoxes – par l’épopée napoléonienne. La Liberté a permis la formidable explosion d’énergie qui a fait la France moderne. L’Égalité (des droits) a mis en marche l’ascenseur social et l’émergence de cette classe moyenne sans laquelle, il n’est pas de stabilité politique possible. Enfin, progressivement, à mesure que les deux premiers principes de notre devise portaient leurs fruits, la communauté nationale trouvait les moyens de se réunir, pour protéger les plus faibles. Seulement, pour que la Fraternité puisse se mettre en œuvre, il faut que l’on perçoive un frère dans cet autre, dans ce voisin qui n’a en partage avec nous qu’une même citoyenneté. La Fraternité est un élan naturel en temps de guerre. Elle est plus compliquée à mettre en œuvre en temps de paix. Cet aspect a été totalement gommé depuis 40 ans au profit d’une solidarité anonyme, obligatoire et culpabilisante. Les Français ont été priés, un peu brutalement, de faire de la place à de nouveaux arrivants, sans qu’on leur laisse le temps de voir en eux des frères. Il est probable que les couleurs exotiques de ces nouveaux Français aient pu freiner, de prime abord, cette fraternisation. Tout comme, à l’inverse, il est indiscutable que la valorisation populiste de leurs différences a pu conduire certains à la partition ethnique. Seulement, les minorités ne peuvent durablement cohabiter avec une majorité qu’en adoptant ses codes. Refuser cette évolution naturelle ne peut que mener au désastre. Sans assimilation il n’y a point de fraternité qui vaille. Après nous être ouvert au monde, nous devons faire en sorte que ceux qui en sont issus deviennent Français, non pas par le seul fait du droit, mais par l’envie. C’est à cette unique condition que nous résoudrons notre crise identitaire : en inspirant le désir d’être Français. Pour ce faire il faut cesser de laisser croire que nous devons nous adapter à des habitudes de vies qui nous sont étrangères. À Rome fait comme les Romains, dit l’adage. Il est plus que temps que nous souvenions des nombreux Empereurs que nous avons donné à l’Urbs et que nous retrouvions notre romanité.

10701989_348779911979313_8501378146263422216_n

HUMOUR DE GAUCHE

février 19, 2015

je-suis-un-charlot

C’est un fait acquis : les socialistes vivent dans un monde parallèle. De ce décalage spatio-temporel nait la multitude de hiatus qui font d’eux la risée de leurs contemporains. Comment peut-on gouverner en étant aussi coupé des réalités ? La réponse est dans la question. La certitude de vivre dans le camp du progrès y est pour beaucoup. Il est vrai que vu du pays de Candy : il n’y a que des méchants et des gentils. Ce maçonisme de bazar qui semble leur tenir lieu de viatique, veut que la gauche soit l’incarnation du Bien. Cette hypothèse, audacieuse à l’aune des zheures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, les pousse probablement à voir le monde qui les entoure en blanc ou en noir, sans aucune nuance de gris (on ne leur en demande pourtant pas 50, juste 3 ou 4). C’est de leurs certitudes puériles que viennent ce conformisme hallucinant et cette intolérance légendaire qui les conduit, si souvent, au ridicule le plus achevé en matière de déclarations péremptoires.

L’esprit du 11 janvier

10945571_905095256187597_6764609870118395228_nDepuis les attentats nous n’entendons plus que ça, au point que le fameux « esprit du 11 janvier » envahit toute la communication gouvernementale. Pas un problème, pas une contestation du génie intrinsèque du socialisme Hollando-Vallsiste sans évocation de « l’Esprit ». Un Hamon qui fait sa mauvaise tête et refuse de voter la loi Macron : hop Esprit es-tu là ? Le Front National menace la République socialiste soviétique dans le Doubs : l’Esprit du 11 janvier est convoqué à la rescousse. Une critique pointe contre Taubira : Esprit du 11 janvier. Le nombre de chômeurs explose: Esprit du 11 janvier. Il fait froid : Esprit du 11 janvier. Vos impôts augmentent : Esprit du 11 janvier. Sarkozy est sur écoute : Esprit du 11 janvier (ah non, zut, là c’était avant !). C’est bien simple, depuis les attentats un vent de spiritualité inégalé semble souffler sur les cendres du Parti Socialiste.

32e6a5d5f5c11caa807afc70410f68c8_400x400Il en va ainsi de l’amère de Paris. Avant les attentats elle était farouchement opposée à la candidature de sa ville à l’organisation des Jeux olympiques de 2024. Compte tenu des précédentes bâches, toutes plus ruineuses les unes que les autres que nous a infligées le Comité International Olympique ces 20 dernières années, elle n’avait, pour une fois, pas tout à fait tort. Seulement depuis, l’Esprit est passé par là et « mais Maire », transfigurée par cette visitation est devenue une « farouche partisane » de ce beau projet, tout plein de « vivre ensemble » dedans. Pour détourner sans vergogne et à son seul profit un événement aussi tragique (les attentats, pas la candidature), il faut être socialiste. Imaginez un instant que Nicolas Sarkozy, Président de la République, ait osé en faire ne serait-ce que le tiers du commencement de la moitié, que n’aurait-on entendu ? Là, rien, tout ce qui est autorisé à penser détourne la tête, pour ne surtout pas voir le câble d’amarrage qui tient lieu de ficelle à cette bonne vieille manip’ socialiste.

Nous sommes tous Danois

imageEn parlant de manipulation, les Nordiques font une belle bande d’emmerdeurs ! Alors que le petit monde de la socialie était en train de nous expliquer doctement que le 7 janvier était la faute de la France moisie ; que nous ne savions pas comment donner sa chance à toute cette jeunesse qui ne rêve (en fait) que de vivre comme Bernard Arnaud avec le QI d’un footballeur et le dynamisme d’un ado 15 ans ; les danois viennent foutre en l’air cette belle opération de culpabilisation du bobo mitonnée aux petits oignons. Leur tireur faisait bien partie de la minorité religieuse adepte de la liberté d’expression à coup de fusil, mais on cherche désespérément les ghettos et l’apartheid au pays de la petite sirène. Encore un bel amalgame qui fout le camp. Dire que l’on avait presque réussi à faire oublier les vacances à la Grande Motte dont les frères Kouachi ont bénéficié durant toute leur jeunesse aux frais du contribuable, tout comme les boulots de ce pauvre Coulibaly à la Mairie de Paris ou dans d’autres structures toujours financées par vos impôts.

10931302_10206182029813659_3459110384451847418_nCependant, avec des socialistes inspirés par l’Esprit du 11 janvier, on n’est jamais loin du pathos estampillé « récup’ à deux balles ». Les cadavres danois n’étaient pas encore froids que le PS appelait déjà à une manifestation de soutien devant l’ambassade du Danemark. Je parie que toute la gauche qui cause est allée, ce même week-end, sur les Champs reprendre deux fois du saumon au Flora Danica histoire de « témoigner son soutien » au Peuple danois. Un malheur n’arrivant jamais seul, ces pauvres habitants de Copenhague ont dû, en plus de leurs malheurs, se fader le Cazeneuve : nouveau missi dominici de la « liberté d’expression menacée par le fanatisme » de la religion-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom. Et les mêmes de nous tracer le parallèle avec Charlie Hebdo : un homme seul là où les autres étaient trois, le crétin éliminé en moins de 24 heures contre 72 chez nous et surtout : en France les terroristes sont rentrés partout comme dans un moulin tandis qu’au Danemark le clampin est resté à la porte. C’est LA MÊME CHOSE, puisque l’on vous le dit !

Mais oui mon lapin, c'est ça

Mais oui mon lapin, c’est ça

Antisémitisme de gauche


561688_10151163404376720_1193289392_nEt pendant ce temps-là, chez nous, alors que Manuel Valls parle d’islamofascisme comme un vulgaire Éric Zemmour – qu’il conseillait pourtant de ne pas lire (mais ça, c’était avant) – un mitterrandiste pur jus, nous explique, comme si de rien n’était, que le Premier ministre de la France est sous « influence juive ». J’ai appris, à cette occasion, probablement comme beaucoup de mes compatriotes que la violoniste qui sert d’épouse au gars Manuel était juive, ce dont je me fous éperdument. Voilà le parti de l’intelligence pourtant bien embarrassé et par l’un des siens de surcroit (Heureusement que l’inoubliable interprète de Raymond Bettoun venait de disparaître). Probablement un peu honteuse d’avoir fourni tant de zélotes (si l’on peut dire) à la collaboration avec l’Allemagne nazie, la gauche française s’était pourtant depuis, refait une virginité à l’ombre de la toute-puissance du « parti des 40 000 fusillés » entrés en Résistance à partir de juin 1941. Hélas, avec la disparition du Parti Communiste, les réflexes antisémites de la gauche radicale reviennent au galop. C’est ainsi que sous couvert de la défense du peuple palestinien, nombre d’extrêmes gauchistes dénoncent depuis des années « la finance apatride » et finissent par se retrouver avec les barbus à l’été 2014, dans les rues de Paris, pour crier « mort aux juifs ». L’extrême gauche n’est pas le PS me direz vous, seulement vu le nombre de trotskistes qui cachetonnent rue de Solférino, chassez le naturel, il revient au galop. Le camarade Cambadélis, en bon premier sectaire avait donné le ton la semaine dernière, en déplorant, l’air chafouin que « l’on assimile les juifs à Israël et les musulmans à l’Etat Islamique » avant de rétropédaler. Cette promiscuité idéologique ne choque pas grand monde. Imaginons que Jean Marie Le Pen ait dit la même chose (oui, imaginons un instant). Du reste, comme il n’est pas dépourvu d’humour, je lui suggère de le faire et de s’excuser ensuite de cette lamentable« Cambadélisation des esprit »… Comment s’étonner de pareille apathie puisque l’on enseigne plus l’histoire autrement que comme un catéchisme laïc, destiné à promouvoir « les valeurs de la République ». Là aussi il faut être de gauche pour croire au « vivre ensemble » quand les profs ne peuvent pas parler de la Shoa, sans risquer l’émeute avec ceux de leurs élèves qui représentent une « chance de la France ».

padamalgam


L’Histoire est une science, humaine donc imparfaite, mais nous l’admettons communément comme une science. Lorsque l’on en fait l’instrument d’une idéologie, voire une idéologie à part entière, le risque est grand de produire l’inverse de l’effet recherché. Il en va ainsi avec le génocide des juifs d’Europe. Du rôle d’incidente de l’histoire du second conflit mondial, il en devient le principal élément dans les manuels de nos collégiens et lycéens. Tout est alors passé au crible de la morale du moment. Cette dernière étant tout sauf intemporelle — car le fruit de l’époque qui la consacre – l’appliquer à l’étude d’un événement passé ne peut que conduire à l’accumulation d’anachronismes qui sont la plaie de l’Histoire. Pour tirer des leçons d’un événement, quel qu’il soit, il faut le comprendre et pour ce faire, il ne faut pas l’analyser avec nos a priori d’aujourd’hui. Il faut, en la matière, se garder du « y avait qu’à, fallait qu’on ». L’extermination d’un peuple est un drame épouvantable. Que l’on fasse de la protection des juifs un marqueur de l’esprit de tolérance qui anime nos démocraties modernes me semble loin d’être idiot, surtout en regard de ce qui s’est passé dans les années 30. Que l’on se jette, au nom de la morale actuelle, l’attitude des protagonistes du dernier conflit mondial à la figure, en fonction de leurs réactions vis-à-vis du massacre, me semble déjà beaucoup plus critiquable. Enfin qu’au nom des victimes de la folie nazie, toute critique argumentée envers Israël ou une personne de confession juive devienne de l’antisémitisme, me semble être un détournement de l’histoire, porteur de bien des tragédies à venir, ainsi qu’une justification en or fournie à tous les adeptes du « complot juif mondial ». Malgré tous ces dangers, la « reductio ad hitlerium » est un instrument dialectique dont use et abuse régulièrement la gauche qui cause.

A l’étranger aussi, les socialistes sont tordants.

IMAGE0~13Si nous sommes devenus avec le Venezuela, le conservatoire mondial des archéosocialos, nous n’avons pas le monopole des imbéciles heureux. De ce point de vue, les Grecs ne sont pas mal non plus. Les Hellènes ne se sont pas contentés de nous envoyer de nouveaux clowns pour nous distraire. Ils ont poussé le vice jusqu’à élire des gens qui croient pouvoir changer le monde par le seul fait de leur démagogie. Le fait que deux générations de Papandréou se soient succédées pour dilapider un pognon que les successeurs de Périclès n’avaient pas, faute d’avoir sciemment négligé le moyen d’en faire entrer dans les caisses par le biais, entre autres, de la collecte de l’impôt, ne choque personne. Pas plus que les déclarations hallucinantes du nouvel Hercule sur le sang qu’il est prêt à verser pour l’honneur de son pays n’ont suscité le moindre ricanement (en France, parce qu’en Allemagne on ne s’en est pas privé). Rien ne peut entamer leur sérieux et leur donner vaguement le sentiment du ridicule, pas même le fait de dire qu’ils iront « jusqu’au bout et même au-delà » (après Buzz, voici Alexis l’Eclair). Pourtant, ce qui achève de prouver que Tsipras est bien socialiste, ce ne sont pas ses phrases grandiloquentes, c’est son absence totale de sens des réalités. Quand il déclare, sans l’ombre d’un sourire, qu’il compte sur la France pour être la garante de la croissance en Europe, il monte sur l’Olympe de la bêtise collectiviste. Sérieusement bonhomme ! Avec Hollandréou : la croissance en Europe, garantie par la France ?

seriously-dogs
image003Laissons les Grecs à leurs conjectures économiques et concentrons-nous sur un socialiste, économiste à l’étranger et fanatique de licence grecque en matière de sexualité à ses (visiblement nombreuses) heures perdues. Non, mes amis, je n’ai aucune idée sur les mœurs de Thomas Picketti, en revanche la presse est pleine de ceux de DSK. Il est impossible de conclure un papier sur l’humour de gauche sans évoquer le champion toute catégorie du foutage de gueule. Faire croire à la terre entière que l’on se consacre au développement de sa prospérité globale, à la tête du Fond Monétaire International, alors qu’en réalité, on semble n’avoir à l’esprit que les prochaines promenades de popaul, voilà qui est bien socialiste. Et à tous les moralistes qui se désolent des frasques lilloises du meilleur économiste du monde, tout en se félicitant qu’une femme de chambre du Sofitel nous ait évité la honte de l’avoir pour Président, je rappellerais que l’actuel titulaire de la fonction, tout en prétendant se dévouer corps et âmes au redressement du pays, emmenait régulièrement popaul se redresser rue du Cirque, à scooter, dans le dos de celle qui lui avait voué son âme… Timeo socialistos et dona ferentes !

LaramtIhrwj30BJgLe9tOm5w9Rc

Toute cette profusion de bourdes, prononcées avec un sérieux de légat du Pape, achève de me convaincre qu’il est criminel de légaliser le cannabis auquel, tous ces grands esprits s’adonnent avec passion. Visiblement, les dommages au cerveau sont irrémédiables et la conséquence des concentrations déraisonnables de THB sur la stabilité spatio-temporelle des fumeurs réguliers, ne plaide pas pour la mise en vente libre d’un produit aussi véritablement stupéfiant.

UNION NATIONALE ?

janvier 26, 2015

3511-19-0270_HD2

Depuis la sanglante équipée des terroristes islamistes contre notre beau pays, il n’est plus un journaliste qui ne bêle le mot d’Union Nationale comme un mantra destiné à absoudre sa corporation des conséquences dramatiques de leur aveuglement (euphémisme !) relatif à une immigration de masse extraeuropéenne non maitrisée. Ce bien joli mot — très raccord avec cette étrange notion de guerre sans ennemis que les mêmes moutons énoncent à qui mieux mieux – sonne étonnamment creux. Pour qu’il y ait « Union Nationale » il faudrait d’abord s’entendre sur ce que cela implique, tant en ce qui concerne la définition de l’Union que celle du Nationale. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces deux termes englobent des réalités bien différentes, selon que l’on est au pouvoir ou dans l’opposition. L’Union pour le gouvernement consiste à faire taire toute discussion dans sa majorité éclatée et à tenter de contraindre l’opposition à la boucler pareillement, par « voie de fait » de Presse complaisante, interposée. Quant au fait qu’elle soit « Nationale » cela fait rire la terre entière, tant les socialistes se sont toujours, jusqu’ici, superbement foutu de la Nation, préférant abandonner ce concept à une France qu’ils considéraient comme « moisie », il y a encore quelques jours de cela.

Poudre aux yeux

6a00d8341bfb9a53ef01b7c73acbfc970b-800wiLa première vertu des attentats des 7 et 9 janvier dernier consiste donc, pour le ramassis d’incapables contents d’eux qui nous gouverne catastrophiquement depuis deux ans, à faire croire qu’ils viennent d’arriver aux affaires. Du passé faisons table rase et profitons de l’émotion collective, pour vendre de la verroterie sécuritaire aux indigènes apeurés (et oublieux). Ceux qui ont consciencieusement sapé le travail de la police en lui coupant les crédits et les moyens, qui ont porté la culture de l’excuse au pinacle au point de voter une loi qui prévoit de libérer tous les criminels condamnés à moins de 7 années de prison, sont les mêmes qui prétendent, aujourd’hui, la main sur le cœur, nous protéger avec… des lois.

10801906_10153098249099175_209597118810642676_nL’opposition a beau jeu de se moquer des effets d’annonce du Président Hollande et de son suppléant Valls. Le recrutement de 1 500 policiers (sur 3 ans !) ne résoudra rien puisque les premiers recrutés ne seront opérationnels, au mieux, qu’en 2017. Au rythme où les fous vont se former en Syrie, autant vider la mer avec un seau. Il en va de même sur la « moindre décroissance du nombre de militaires » annoncés par le gominé de l’Élysée. La formule est merveilleuse. On nous annonce que nous sommes en guerre et le grand Strategos à scooter décrète que nous supprimerons 27 000 postes dans les armées au lieu des 34 000 prévus. Cerise pourrie sur le gâteau rance, comme on avait déjà prévu de nous passer de ces braves gens qu’il va nous falloir payer, nous allons rogner sur… le matériel (comprendre l’armement). Ben oui, vous vous attendiez à quoi ? C’est sûr que l’on va se sentir drôlement protégés, si on équipe nos valeureux soldats de lances pierres. Je n’ai rien contre les mythes fondateurs, mais bon, David et Goliath et les soldats de Valmy, face aux fanatiques islamistes, ça ne va pas tenir la route bien longtemps.

Marche et/ou crève

president-des-bisousSecond effet « kiss cool » des attentats : resserrer les rangs de la gauche derrière le Président tout mou. Batterie de sondages de circonstance à l’appui, le pouvoir bombe le torse et tord le cou à la dissidence qui, ces derniers temps, poussait dru dans les verts pâturages socialistes. Passer « en temps de guerre » de 15 à 40 % de satisfaction, ce n’est pas un exploit thatchérien… Cela prouve simplement que les Français rendent grâce à l’autre incapable, de n’avoir, pour une fois, pas été plus ridicule que nécessaire. On peut légitimement douter de l’adhésion du Peuple, même si la presse subventionnée le proclame urbi et orbi, persuadée qu’elle est, d’être encore prise au sérieux.

Sans-titreSi l’on parle en terme de stratégie politique (et même politicienne), le pouvoir qui était aux abois se saisit de l’occasion pour faire taire son opposition interne. Les frondeurs qui étaient pris dans leurs contradictions alimentaires ne pouvaient déjà pas renverser le gouvernement qu’ils vomissaient, de peur de la dissolution qui les aurait mis au chômage. Les voilà maintenant contraints de ne plus rien dire, de peur d’apparaître comme des traitres à la cause. Heureusement que les Grecs ont décidé de se suicider à coup d’extrême gauche, cela permet à Mélanchon, Duflot et Laurent (l’ectoplasme qui dirige ce qui fut le PC) de faire croire qu’ils existent.

guide-de-survie-au-socialismeIl est amusant de voir tous ces résistants en peau de lapin, ces as de la posture progressistes, ces thuriféraires des valeurs de la gauche éternelle se coucher au premier coup de Kalachnikov. Il faut dire que ce sont les mêmes qui nous expliquaient jusqu’au 6 janvier dernier, la chance que toute cette jeunesse, même fanatisée, représentait pour la France. Les mêmes qui refusaient tous les amalgames et toute stigmatisation nous assourdissent par leurs silences. Ils réalisent probablement que leurs électeurs ne les suivent plus sur ces délires de bisounours. L’ennemi intérieur vient de se révéler et tant pis si, au passage, les idiots utiles — qui leur ont ciré les babouches avec tant d’empressement — sont emportés avec l’eau du bain. Dommage qu’il ait fallu 17 morts pour en arriver à cette prise de conscience.

Liberté, Liberté chérie

Alors que la cinquième colonne — que nos gouvernants sont bien en peine de quantifier – nous menace aujourd’hui très directement, comment pouvons-nous y faire face ? Le premier réflexe de toute cette bande de clowns est, bien évidemment, de restreindre les libertés. Selon la — toujours d’actualité à gauche — formule des partisans de la Terreur : « il n’y a pas de libertés pour les ennemis de la Liberté ». Certes, seulement j’ai peur que les socialistes soient dotés, en la matière, du même sens de la mesure que leur modèle indépassable : Antoine Fouquier-Tinville.

3502853349
Savoir que l’hidalgo catalan va mettre en œuvre des mesures permettant de lutter contre le djihadisme m’inquiète au plus haut point. Non qu’il ne me semble utile, urgent ou indispensable d’empêcher ces cinglés de nuire. J’ai simplement quelques légitimes inquiétudes à voir cette mission confiée à Manuel Valls. Savoir que celui qui prenait des libertés avec celles de ses concitoyens vêtus d’un Tee Shirt siglé de la « Manif pour Tous », lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, sera demain en charge des mesures à prendre afin « de mieux encadrer l’usage de l’internet » me donne des frissons.
liberte-expression

Je ne suis pas un fan de Dieudonné, tant s’en faut. Je ne ris pas à ses blagues et je ne partage pas sa vision paranoïaque du complot juif mondial. Je trouve cependant pour le moins paradoxal que la première mesure du gouvernement socialiste, après les manifestations du dimanche 11 janvier pour la liberté d’expression, consiste précisément, à mettre au gnouf le sieur Mbala Mabala pour un jeu de mots, certes limite, mais qui relevait justement de sa libre expression. La liberté n’est pas à géométrie variable. Elle n’est pas uniquement valable pour Charlie (et ses 4 millions de nouveaux fans). Nous n’avons pas à l’interdire pour Minute, Dieudonné ou tout autre prédicateur fanatisé : islamiste, protestant, négationniste, papiste, réchauffiste ou même écologiste (oui, grande est ma mansuétude). Je pense au contraire, à l’instar de quelques libéraux, que l’on a même tout à gagner à laisser s’exprimer les imbéciles. Ils se ridiculisent d’eux-mêmes et il est toujours plus utile au « vivre ensemble » de leur porter la contradiction que de les laisser s’exprimer en vase clos.

Apartheid mon cul !

10632867_10152602954758213_130803092743396080_nSeulement, à voir les premières réactions des éminences qui nous gouvernent, on ne peut s’empêcher de se dire que ce n’est pas gagné. La culture de l’excuse est toujours solidement ancrée dans ce qui leur sert de cerveau. Le dernier délire en date de Manuel sur « l’apartheid ethnique et territorial » dont se serait rendue coupable la République est à pleurer ou à vomir, c’est selon. Que veut dire cette expression à la con ? Que les incapables qui se sont succédé au pouvoir depuis trente ans auraient entretenu une ségrégation raciale de fait, sinon de droit ? Mais que faisaient donc pendant ce temps là : SOS Racisme, la LICRA et toutes les autres ligues de vertus droit-de-l’hommistes grassement subventionnées par nos sous ? Visiblement rien ! Il est donc urgent d’intenter un procès en détournement de fonds public à tous les multiples « responsables » (je pouffe) de ces officines de rééducation nationale.

chat-600x399J’ai, toujours dans ce registre culpabilisateur, beaucoup de mal à avaler l’argument de l’abandon des « quartiers sensibles » à leur triste sort. Depuis trente ans nous y avons englouti plus de 350 milliards d’euros en rénovation urbaine, politique de la ville et autres coûteux gadgets à promouvoir le vivre ensemble, sans pour autant prêter la moindre attention à la misère bien réelle, elle aussi, du monde rural. Si certaines villes comptent 80 % de logements sociaux, ce n’est pas tant à cause de l’égoïsme présumé de leurs voisines que de l’appétit des Maires de gauche qui ont tous vu, d’un très bon œil, s’édifier ces constructions de cages à électeurs captifs. Si les « quartiers » sont devenus des « ghettos », c’est aussi parce que leurs habitants se sont accommodés de cet état de fait. Le communautarisme n’est pas né du racisme de la société française, mais bien du refus des nouveaux arrivants de s’assimiler à elle. Pour beaucoup de musulmans, le vivre ensemble a été littéralement transposé en « vivre entre nous ». Les « cités » ne sont pas de « non droit », juste de « non droit » français. Ce rejet de l’assimilation ne concerne pas tous les immigrants, mais principalement quand même, des musulmans.
marcher-sur-la-tete.jpg

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il n’y a que pour l’Islam que la laïcité est un problème. Brandir cette dernière comme le totem indépassable du « vivre ensemble » (toujours lui) et des valeurs de la République, sans reconnaître dans le même temps, la nécessité d’une prise en compte des résistances particulières de la religion musulmane à ce concept, est une erreur profonde. Nous avons beau faire, tant que nous ne nommerons pas les choses correctement, nous ne parviendrons pas à résoudre les problèmes. L’Islam est une religion qui englobe le spirituel et le temporel dans un tout, ce qui est très éloigné de nos schémas culturels. Le délit de blasphème n’existe plus depuis Voltaire et nous n’entendons pas le rétablir. Pour installer un Islam DE France, il faut commencer par dissocier religion et identité, individus et communauté, ethnicité et nationalité. C’est du reste, en partie ce qui ce passe car, contrairement aux affirmations péremptoires du Manuel, nombreux sont les Français musulmans qui, refusant le communautarisme, tournent le dos aux ghettos pour se fondre dans la masse du Peuple. C’est bien, du reste, ce qui crispe les fondamentalistes et qui arme les intégristes contre la République. Ce mouvement de fond à un nom, celui de la Liberté. À l’instar de l’économie française, les musulmans de France ont besoin d’urgence, d’une bonne cure de Libéralisme.

wordpress

On le voit, l’Union Nationale n’est qu’une façade Potemkine. Un artifice destiné à permettre à un pouvoir aux abois de continuer à gesticuler. Le problème révélé par les attaques perpétrées contre notre pays est trop large, pour que ceux qui n’ont jamais voulu voir les conséquences de leur clientélisme angélisme puissent efficacement le résoudre. Nous avons besoin de temps, d’efforts et surtout de constance. En ce sens, et en ce sens seulement, l’Union Nationale peut être utile. Elle doit accoucher d’un consensus permettant à la Nation de se défendre et de se reprendre. Il faut en finir avec les « accommodements raisonnables ». Nous ne devons pas relâcher notre attention et nous laisser distraire par les procès en racisme, intentés par ceux qui rêvent de revanche sur un passé colonial qui n’obsède plus qu’eux. Les Français en ont assez d’être tenus constamment responsables des actions de leurs ancêtres, par des gens qui ne sont même pas foutus d’assumer celles de leurs enfants. Il n’y a pas de « vivre ensemble » qui vaille, il y a juste un « vivre comme nous » qui compte. Tous ceux qui veulent « vivre comme au pays » doivent être fermement invités à y retourner d’urgence.

templar-overcome-jihad-with-crusade

ISLAMOFOLIE

janvier 9, 2015

paris_2466366b

Après le massacre perpétré, au nom d’Allah, avec une sauvagerie peu commune sous nos latitudes, par au moins deux pauvres buses fanatisées par des prédicateurs de haine islamiste, de nombreuses questions se posent. Par charité chrétienne, je ne m’étendrai pas plus qu’il ne le faut sur la vacuité du discours de notre scootériste de Président. En sept longues minutes d’enfilage de perles et d’enfoncement de portes béantes, l’amant de la rue du Cirque n’a pas réussi une seule fois à qualifier les faits de terrorisme, ni même à mentionner la religion dont se réclamaient les nazislamistes qui ont attaqué Charlie Hebdo. Il a agité ses petites mains potelées devant son pupitre, en brassant, cette fois, un peu moins d’air qu’au-dessus de son bureau vide du 31 décembre (c’est toujours ça). Si nous avons, ce coup ci, échappé aux anaphores, il ne nous a hélas pas épargné sa série de poncifs bien pensants, sur la force de la France ainsi qu’un nombre d’appels ahurissants au Rassemblement ce qui m’a fait penser, l’ombre d’un instant, que Sarkozy avait pris possession du corps du meilleur ami de Jacques Chirac.

Allah Akbar… ou pas

aberrations-islam-lacitCommençons par remettre les choses à l’endroit. Amalgame ou pas, ce n’est pas au nom du Bouddha ou de Saint-Denis (le martyre, pas la ville éponyme parce que là il peut y avoir confusion) que ces fanatiques se sont lancés dans l’épuration de caricaturistes, à grands coups de Kalachnikov. Je comprends parfaitement que les musulmans calmes se sentent choqués par un tel dévoiement de leur religion. Je dis aussi qu’au rythme où ces barbares invoquent leur dieu à tue-tête, chaque fois qu’ils veulent s’en prendre à la vie de ceux qui ne pensent pas comme eux : en commando chez Charlie, derrière le volant d’une camionnette à Dijon ou muni d’un couteau dans un commissariat à Joué les Tour, il y a fort à parier que d’ici peu Allah Akbar finisse un peu par sonner comme Heil Hitler dans l’imaginaire collectif.

648x415_france-integristes-extremistes-juifs-chretiens-musulmans-refus-republiqueIl faudrait aussi arrêter de raconter des conneries au bon Peuple. Ces gens ne sont pas fous. Ils répondent probablement à un endoctrinement, mais ils n’ont aucune excuse, dans la France du 21ème siècle, pour s’être laissé embobiner de la sorte. S’ils en sont à ce point, c’est qu’il ne leur déplait pas d’aller se trapper du « Céfran » comme ils disent, et on doit au moins leur reconnaître qu’ils en ont une notion très étendue, comme en témoigne le sort qu’ils ont réservé au malheureux policier lâchement assassiné alors qu’il ne représentait plus une menace pour eux. À ce propos, cet homme, mort au service de ses concitoyens se prénommait Ahmed. Ils l’ont tué parce qu’il portait l’uniforme de la police de la République française. Mettre en avant sa religion supposée (qu’en savons nous à ce stade ?) pour nous servir le refrain connu du pasdamalgame est une insulte à sa mémoire. Que sous-entend en effet ce type de raisonnement idiot ? Que la réaction logique d’un musulman dans ce genre de situation serait de rester en retrait, voire de faire le coup de feu avec ses frères et que s’il n’a pas cédé à ce « penchant naturel » c’est qu’il était bien assimilé ? Ce policier est mort en tentant de faire ce qu’il pouvait, avec les moyens dont il disposait et l’entrainement qu’il avait suivi. Tout comme son confrère chargé de protéger Charb, il n’a rien pu faire compte tenu de la disproportion des moyens et y a laissé sa vie et une famille éplorée. La religion de ces deux serviteurs de l’ordre ne doit rien à l’affaire : ils sont morts en héros.

Pas en mon nom : mon cul !

640x478_8663_vignette_glez-charlie-hebdo-bd-logo-111102Çà et là, depuis que nous n’ignorons plus rien des méthodes de barbares employés par les islamistes pour que le monde — et surtout leurs contemporains — se plie à l’image qu’ils se font de la planète idéale, nous voyons fleurir de jolis petits panonceaux de bisounours musulmans siglés « Not in my name » ou plus rarement « Pas en mon nom » (le français est moins télégénique). Et les caméras de s’attarder sur de gentilles petites femmes voilées et les gentils barbus qui les encadrent en trimbalant le dit écriteau de concert. Mais si les gars, c’est précisément « in your name » que ces crétins prétendent parler. Etre déguisé en Belphégor et brandir ce stupide panneau ne vous met pas à l’abri des amalgames. Participez à un apéro saucisson vin rouge avec du jambon de dinde si vous y tenez absolument et là, vous pourrez brandir vos petites pancartes. Au contraire, ce n’est pas en tentant d’expliquer le geste des meurtriers par les abus supposés de Charlie Hebdo, le racisme des Français ou l’islamophobie des chrétiens que vous allez arranger les choses. Ces assassins sont des salauds, il faut les traiter et les dénoncer comme tels et cesser d’ergoter sur le sexe des vierges auxquelles ils pensent avoir droit pour leurs « glorieux » faits d’armes.

kIg5wOui, les musulmans de bonne foi doivent se lever. Pas nécessairement pour se justifier, car ils n’ont rien fait de mal, mais pour dénoncer le fait qu’ils sont atterrés par de telles actions, comme tout individu et non en tant que collectif. La religion musulmane doit évoluer en épousant les mœurs du pays d’accueil, pas en tentant de les faire coïncider avec des pratiques venues des pays qu’ils ont fuis. La France est une terre de culture latine, profondément pétrie de traditions judéo-chrétiennes. Énoncer cette affirmation ce n’est pas rejeter l’altérité musulmane, juste la ramener à son statut d’arrivée de fraîche date. Il est plus que temps que nos politiques cessent de jouer les mijaurées humanistes et qu’ils s’attèlent à débarrasser l’Islam de France de ses adeptes obscurantistes. C’est de cette inaction pluridécennale que découlent les amalgames « pas beaux ». Ce tabou – abusivement qualifié de républicain – est édicté au nom même des valeurs que ces grandes consciences ont foulées au pied depuis tant d’années, avec leurs lois mémorielles successives. A cet égard, il est savoureux d’entendre tous ces Savonaroles célébrer de la liberté d’expression au pays des lois Gayssot et Taubira…

coupdpiedocul4

Amalgames

10150568_838276506232269_8678068422900219622_nParlons en, justement, de ces fameux amalgames dont nous devons nous défier. L’islamophobie est le prétexte invoqué par les fanatiques pour justifier tous les délires édictés au nom de l’Islam. Leur « droit » supposé « à la différence » n’est que le prétexte à la perpétuation de dogmes et de rites d’un autre âge à la recherche d’une « pureté originelle » qui, comme tout ce qui est « originel », n’a en réalité jamais existé. L’islamophobie est, bien au contraire, un réflexe naturel de défense d’un corps saint, contre une agression extérieure. Elle marque le rejet de l’islamisme : doctrine obscurantiste qui mène au fanatisme et de là, au terrorisme. L’amalgame qu’il convient de combattre est bien plutôt celui qui vise, au nom des accommodements raisonnables, à assimiler ceux qui se dressent contre une pratique dévoyée de l’Islam : l’islamisme, à des anti musulmans. Autant l’islamophobie est à encourager chez nos concitoyens, surtout musulmans, autant la musulmanophobie est à combattre. L’islam, débarrassé de ses sourates guerrières, n’est pas un danger, c’est une philosophie religieuse qui vaut bien les autres. Il est plus que temps de mettre un terme aux prêches de ces radicaux qui défient la République en voilant leurs femmes de la tête aux pieds, en exigeant des menus spéciaux et qui, par fidélité envers un homme qui vivait au 7e siècle dans le désert Saoudien, se sentent obligés de se trimbaler en djellaba par -10 dans la Haute Vienne.

En frappant des journalistes de gauche progressistes, ces fanatiques ont scié la branche de compréhension révolutionnaire sur laquelle ils prospéraient. Espérons qu’il ne faille pas attendre un nouvel « holocauste journalistique» sur le plateau du Petit Journal pour que la presse alignée, cesse de diaboliser systématiquement ceux qui alertent sur les dangers du fondamentalisme musulman et du communautarisme. Nous devons réinvestir et surveiller les lieux de cultes musulmans et expulser les imams vecteurs de haine et leurs zélotes. Il convient pareillement d’enfermer dans des centres de détentions spécifiques, les endoctrinés qui reviennent de leurs séjours de « formation professionnelle » en Syrie, au Mali, en Libye ou en Irak.

31---Gotlib-Gods-Club-2Certains de ces zélotes sont français, me direz vous et bien intéressons-nous donc à cette question. Beaucoup de jeunes issus de l’immigration maghrébine sont nés sous nos cieux, c’est un fait. Tout comme l’est également celui qui veut que nous nous soyons toujours montrés très tolérants en matière de double nationalité. Puisqu’ils haïssent la France au point de porter les armes contre elle, soyons humanistes : soulageons-les du poids de leur assujettissement à notre pays et rendons-les à ceux qui voulaient les garder. Pour ce qui concerne les intégristes « convertis », il n’est pas concevable (au pays des droits de l’homme) de les maintenir de force dans un univers qu’ils rejettent si violemment. Nous devons mettre à profit les excellentes relations que nous entretenons avec les pétromonarchies du golfe, pour les inciter à les laisser s’installer sous des cieux plus propices à leurs attentes spirituelles. Après tout, les pétro monarques n’ont pas été avares de leurs dollars pour en faire des musulmans selon leurs goûts, alors autant qu’ils en profitent un maximum.

Le retour en force de la Realpolitik

miege-alsace-nouvelle-716x1024Nous constatons aujourd’hui le triste résultat de nos futiles tentatives d’exportation de la démocratie. Nous avons déboulonné de vieux dictateurs laïcs formés par les Soviétiques au profit de fanatiques sunnites financés par les Saoudiens (et autres mécènes de la péninsule arabique). À l’instar des grand-mères face à Mamie Nova, les populations locales ne nous disent pas merci. Leurs souffrances sont bien pires qu’avant et leurs libertés tout aussi chimériques. Elles ont, en prime, la joie : qui de mourir de faim ou de froid, qui d’être persécuté pour ses opinions (vieille habitude) ou pour sa religion (belle innovation). À l’exception provisoire de la Tunisie, toutes nos interventions de ces 20 dernières années ont été des fiascos retentissants. Rendons-nous service, rendons leur service : bâillonnons BHL et foutons la paix au monde arabo-musulman. Tapons-leur dessus quand ils nous menacent, mais cessons de vouloir les éduquer au bonheur de notre démocratie. Ils sont comme les Chinois : ils n’en veulent pas. Le temps du« droit d’ingérence » a vécu, il faut que l’on s’y fasse. Vladimir Poutine a encore un temps d’avance sur nous, n’oublions pas la passion des Russes pour le jeu d’échecs (et les montagnes) et arrêtons de jouer aux Dames (et aux cons) dans le désert.

republique-islamique-en-france

Le 7 janvier 2015, nous avons été frappés pour ce que nous sommes : une Nation libre qui ne reconnait aucun Dieu et qui, parce qu’elle a déjà bien du mal à supporter un Président élu, ne peut absolument pas envisager de se voir imposer un maître par la force. Les Français sont un peuple libre et beaucoup des musulmans qui ont choisi de rejoindre la France l’ont fait pour cette raison. Il n’est pas question de laisser des criminels qui détestent notre pays et ses valeurs, les intimider et nous pousser à les rejeter au nom d’une religion dont ils n’ont que le nom en partage.

10372219_10155065298310414_2074944911878348604_n

LA PRESSE FRANÇAISE OU LE TROPISME DE L’AGENCE TASS

novembre 25, 2014

news1

Il fut un temps, avant que le Mur de Berlin ne cède et n’entraîne avec lui l’Histoire dans sa chute, il fut un temps donc, où feu le monde communiste était rythmé par les dépêches de l’agence officielle du Parti communiste d’Union Soviétique : l’Agence TASS. Il va de soi que ce monstre d’objectivité journalistique abreuvait, aussi et abondamment, les succursales occidentales de l’Empire et tous les crétins utiles au triomphe du prolétariat. Seule source autorisée à dire le bien, l’agence se caractérisait par une prose convenue, un sens de la mesure hors du commun et une vista politique qui ne se retrouve plus guère, aujourd’hui, que chez Europe Ecologie les Verts. Bien que défunte, en sa forme totalitaire depuis 1992 et la mort du Communisme d’État en Russie, l’esprit de l’agence TASS est toujours bien vivant dans ce petit village qui résiste encore à l’envahisseur ultralibéral : la presse française.

Une presse à l’opinion bien singulière

political-correctness1Dans notre beau pays de France, on sait depuis que nous avons renversé le joug de nos rois qu’il n’y a de Liberté que pour ses amis ( à la liberté, pas au roi). Mis en pratique par les journalistes de notre début de troisième millénaire, ce principe révolutionnaire nous donne le paysage médiatique apocalyptique dans lequel nous nous débattons. Une presse en théorie libre qui ne diffuse qu’un seul et même point de vue libertaro-bolchevik. Ce consensus hérité de mai 68 ensuque le débat public dans une bien-pensance émolliente dont il est interdit de sortir sous peine d’excommunication. Des moines replets veillent au respect scrupuleux des dogmes et s’érigent en arbitres des élégances : favorisant, ici, la carrière des uns à l’aune de leur servilité et brisant, là, celle des rétifs à la perpétuation de leur magistère.

capture-decran-2013-03-02-a-10-08-08Le produit de cet indigeste brouet idéologique ne fait pas un pli : la France est le seul pays au monde, avec la Corée du Nord, où les enquêtes d’opinion font ressortir que le Capitalisme évoque quelque chose de positif pour seulement 33 % des personnes interrogées (source enquête TNS Sofres fondation Gabriel Péri mai 2010). De fait, la presse est pleine des méfaits de cet ultralibéralisme qui pousse chaque jour vers la précarité des millions de victimes : au Royaume-Uni (chômage : 6,3 %), en Autriche (chômage : 5 %), en Allemagne (chômage : 5 %) ou encore aux États-Unis (chômage : 6,06 %). Alors que chacun sait bien que dans le paradis des travailleurs (protégés) qu’est la France contemporaine, nous nageons dans le plein emploi au point d’importer des brassées de migrants sans qualification, pour tenir les postes que notre vaillante industrie ne peut plus trouver localement.

L’Indépendance dans l’interdépendance

political-correctness-voltaireCe qu’il y a de fascinant dans cette doxa médiatique, c’est qu’il se trouve encore un tiers des Français pour penser qu’il serait peut-être temps d’essayer autre chose que le socialisme que ce dernier soit orthodoxe ou honteux. Le problème vient de la collusion totale qui prévaut entre Presse et Administration. Ces deux animaux à sang chaud (il n’y a pas plus accrochées à leurs privilèges que ces deux castes) sont tellement imbriqués l’un dans l’autre qu’il est possible de parler de véritable symbiose dans le parasitisme, tant leurs intérêts se recoupent. L’Administration se doit d’entretenir la fable du « besoin d’Etat » pour justifier de sa main mise sur la société et ses ressources, tandis que l’autre ne vit que par les subventions directes (aides à la presse papier, redevance télé) et indirectes (autorisations d’émettre) dispensées par la première.

cache_7303873Prenez cet épisode surréaliste de l’été dernier où le grand machin indépendant rempli de socialistes : le CSA a condamné LCI pour préserver les plates bandes hertziennes de BFM et surtout d’Itélé. Que le marché publicitaire ne soit pas extensible à l’infini, je veux bien le concevoir. Qu’en revanche le Soviet Suprême Audiovisuel décide que l’un des trois concurrents n’aura pas le droit de s’aligner sur la grille de départ me choque au plus haut point. En eût-il été autrement qu’il y avait fort à parier que la victime de cette compétition (principe fondateur du capitalisme honni) aurait risqué d’être la filiale du groupe Canal : vaisseau amiral du politiquement correct et du lavage de cerveau français depuis 30 ans. En s’arrangeant, avant toute chose entre amis, on est certain de bien s’entendre. Un tripatouillage boursier s’appelle un délit d’initié. Comment qualifier ce type d’entente médiatico-dirigiste entre gens de bonne compagnie ? Une grosse magouille ? Oui, c’est assez parlant.

Un troupeau de moutons

clementine-melois-cent-titres-17Le corollaire de cette promiscuité incestueuse avec l’aristocratie politico-administrative fait du journaliste de base, un besogneux de la propagande, un soutier de la pensée autorisée au point d’en être caricatural, comme la presse soviétique en son temps. Lorsqu’un hérétique est lancé en pâture aux hordes de plumitifs à l’indignation radio, télé ou politico commandée (rayer la mention inutile) ce sont les mêmes anathèmes qui fleurissent contre le mécréant. Au point que l’on est en droit de croire qu’un seul et même cabinet occulte fournit les éléments de langage à tout ce petit monde. A titre d’illustration, le fait que ce qui nous sert de Premier ministre n’ait rien d’autre à dire, face au livre de Zemmour que : « ce Monsieur ne vaut pas la peine qu’on le lise » a de quoi nous laisser songeurs. Bon il est vrai que venant de celui qui dirige un gouvernement dont la ministre de la Culture a abandonné la lecture il y a deux ans, la saillie ne devrait pas nous surprendre, mais le même homme n’avait pas poussé les feux de la même façon sur Valérie très très vénère. On peut aussi supposer qu’il n’avait pas intérêt, non plus, à ce qu’elle balance ce qu’elle avait sur lui, mais bon quand même !

TKZeEJzVous l’avez compris depuis le temps que ça dure : le véritable ennemi c’est Sarkozy ! Il est difficile de comprendre ce que ce pauvre homme a du reste bien pu leur faire à tous, pour mériter pareille hargne. A-t-il entrainé le pays vers les rivages aventureux de l’ultra libéralisme ? Avec 30 milliards de hausses d’impôts et 56 % du PIB de dépense publique : le bilan libéral du Président Sarkozy est bien mince. Est-ce parce qu’il s’est mis à pourchasser l’étranger pour le bouter hors de France contre toute la tradition républicaine réunie ? Avec 200 000 entrées légales par an, le quinquennat du paria ne brille pas trop non plus dans ce domaine. Est-ce alors parce qu’il s’en est pris un peu vite à la Princesse de Clève ? Après la sortie de Fleur Pellerin qui est toujours ministre, il avait bien le droit de ne pas porter Madame de La Fayette dans son cœur. En fait, le vrai tort de Sarko c’est de n’être pas du Sérail. Cette bête politique est d’abord un militant. Sa carrière, il ne l’a faite qu’à force de choix tactiques et de convictions (fluctuantes certes, mais bon, je n’en vois pas un qui dans ce troupeau d’eunuques pourrait engager une lapidation sur ce thème). Il ne doit rien au système et n’est même jamais passé par l’administration. Il a parfaitement compris le mal qui rongeait le pays depuis trente ans et a fait, en 2007, la plus époustouflante campagne de rupture depuis celle de Mitterrand en 1981. Après il n’a rien fait, ou si peu, mais ce n’est pas grave, la gentry le déteste parce qu’il aurait pu le faire. Il est donc urgent de s’assurer qu’il ne soit pas en mesure de revenir tenter le coup.

La Pravda en action

nobullshitObserver la façon dont la presse parle de Nicolas Sarkozy, c’est comprendre pourquoi elle inspire aussi confiance qu’un envoyé de Staline en Ukraine pour y améliorer la condition du Koulak. Tout ce que fait ce pauvre homme est mauvais. Son retour est raté, c’est un fait très entendu depuis deux mois. Juppé, l’homme le plus détesté de France, pour avoir tout lâché aux grévistes de 1995, la quintessence de cette énarchie responsable des pires renoncements français est portée au pinacle. Le Maire de Bordeaux le sait très bien et en rajoute, lui, dans la caricature  (il aurait tort de se priver). Le voilà pour l’adoption des homos, contre la vente des Mistrals à la Russie et d’ici une semaine gageons qu’il sera : contre la fessée, pour l’euthanasie et trouvera intéressant le principe de la fin des notes à l’école. La dualité Juppé Sarko c’est le courant alternatif sur lequel s’alimente (au sens propre) la presse française. L’un est paré de toutes les vertus du temps, l’autre de toutes les tares.

miege-bobards-deontologie-roms-tf1 Regardez cette affaire d’abrogation de la loi Taubira. Sarkozy est accusé d’avoir cédé à la foule. Comme si toutes les courbettes de François Hollande, alors candidat, à destination du Lobby LGBT étaient quelque chose de différent. Ce qui est hilarant dans cette histoire c’est que le mariage pour tous est, à ce jour, la seule réalisation concrète du mec normal qui voulait réenchanter le rêve français et qui aura foutu le pays à feu et à sang pour parvenir à 4000 mariages par ans. Dans ces conditions il est donc interdit d’y revenir et honte à celui qui mal y pense. Rien n’est de trop pour discréditer Sarko. À tel point que tous ceux qui le critiquent ont table ouverte au banquet médiatique. Même ceux de ses amis que la grande Presse prenaient pour les plus parfaits crétins deviennent, par la magie de leur opposition à la remise en cause du mariage gay, les nouvelles icônes du moment. Qu’il est touchant de voir Jean-Michel APATHIE minauder autour de Nadine MORANO qu’il tenait jusqu’ici pour la dernière des truites. Frédéric LEFEBVRE et dans une moindre mesure Christian ESTROSI sont, eux aussi, portés aux nues par une corporation qui, il y a une semaine, les prenaient pour ce qu’il y a de plus abjecte dans la politique politicienne.

presse

Toute cette agitation trahit en réalité une sourde angoisse. L’argent manque et les digues cèdent les une après les autres. Les Français se réveillent d’un long sommeil trompeur, par la grâce de feuilles d’impôts toujours plus lourdes à porter en regard d’une situation qui ne cesse de se détériorer. La paupérisation de la classe moyenne inférieure porte en elle les germes d’une révolte qui peut mener à une Révolution, avec toutes les aventures susceptibles d’en découler. La lâcheté (au mieux) ou le cynisme (plus surement) en tout cas : la désinvolture (assurément) avec lesquels la France d’en haut a mené celle d’en bas vers l’abîme, n’a pas d’autre exemple récent que le règne de Louis XVI. Puissions-nous nous débarrasser rapidement et sans trop d’agitation de son avatar actuel afin que la France rejoigne, sans trop de dommages, la longue liste des pays qui se sont, eux, adaptés au monde réel à temps.

cropped-13-1312130hz9311

ON MARCHE SUR LA TÊTE 2

octobre 23, 2014

happy-birthday-smiling-dog

Nous avons vu dans un premier temps que notre société post-moderne fait une place démesurée aux élucubrations des plus instables de nos contemporains. La simple charité ne peut, à elle seule, expliquer cette propension qu’ont les médias à donner aussi facilement un forum à tout ce que notre monde compte de cinglés. Plus une opinion semble folle, plus elle trouve un écho dans le grand cirque qui nous sert de vie publique. Face à la folie et à l’hystérie collective qu’elle engendre, il n’y a plus de place pour la raison. Le danger, bien réel, d’un gouvernement de l’instant, commandé par la seule force de l’émotion est à nos portes. Ceux qui dénonçaient, sous Sarkozy, des lois « circonstancielles » destinées à répondre à l’indignation suscitée par un fait divers particulièrement odieux sont les mêmes qui poussent à légiférer sur l’euthanasie, dès qu’un cas particulièrement douloureux se présente devant le tribunal de l’opinion. Comme la rationalité n’apporte plus la gloire, l’important est de faire le plus de bruit possible pour grappiller son instant de célébrité cathodique. Les acteurs ne sont plus à une contradiction près et nous assistons médusés, à leurs contorsions abracadabrantesques.

 Le racisme à sens unique

miege-mrapUne petite analyse, marrante tout plein, des démences qui s’expriment dans la lutte contre le racisme peut contribuer à expliquer pourquoi nous avons aujourd’hui plusieurs villes et deux sénateurs FN. Nous savons depuis les belles aventures, dans les années 80, de Harlem et de ses potes qu’il ne fallait pas toucher que le racisme, comme le dérèglement climatique, est exclusivement un truc de blancs. Les minorités visibles sont immunisées contre ce péché, car elles sont pures (un concept de pureté du reste aussi fascinant que fascisant à souhait, convenons-en). Les races n’existent pas, mais les communautés issues de ces races inexistantes (qui sont la nouvelle richesse de la France) sont magnifiées… à l’exception de la communauté « provisoirement » majoritaire et indigène. Quand on voit le danger qu’a pu représenter pour « le vivre ensemble » des biens pensants, la Manif Pour Tous, on imagine trop bien la frayeur qui agiterait nos gouvernants s’il venait à l’idée de quelques plaisantins, d’organiser une Hétéro-pride. À coup sûr, la République ne s’en relèverait pas.

raciste-anti-blancAutre exemple : toujours en mal de reconnaissance (et du pognon qui va avec), les organisations autoproclamées représentatives de la communauté noire organisent depuis quelques années, l’élection de Miss Black. La couleur de peau est en l’occurrence, un facteur essentiel de discrimination (ce qui en bon français veut dire : choix). Baser un concours sur la couleur de peau, voilà une idée neuve qui fleure bon l’apartheid qui n’est, après tout à bien y regarder, qu’une version très « chacun chez soi » du « vivre ensemble » si cher à nos zélites. Il est vrai que Miss France étant exclusivement réservé aux blanches : aucune femme noire n’y a jamais été couronnée ! En conséquence, il convenait de remédier, prestement, à cette odieuse injustice. On attend donc maintenant, avec une certaine impatience, la première Miss Burka et diversité ! Dans la même veine, le groupe M6 propose une chaine tout simplement intitulée M6 Music Black. Imaginez qu’un jour, France Télévision propose une chaine intitulée : Music Country et Folklore Blanc… Toutes cette survalorisation des différences raciales entre les minorités visibles et la majorité rendue intentionnellement invisible, participe sans doute au succès de notre « destin national ». Un destin tellement exceptionnel que des fous se précipitent toujours plus nombreux en Syrie, avec sans doute l’intention louable d’y exporter notre si remarquable modèle d’intégration. Faire passer ce pays de l’ombre Alaouite à la lumière Sunnite par une saine terreur dispensée à grand coup de lapidations et autres décapitations : l’universalisme français contemporain dans toute sa splendeur.

L’intégrisme n’est une menace que s’il est catholique

6a01156fb0b420970c013485649ebf970cDans la France contemporaine, le vrai danger ne vient pas de l’islam, c’est très entendu, mais du catholicisme c’est bien connu. Les Manifs pour Tous sont bien plus dangereuses que les rassemblements pacifistes organisés par ceux qui soutiennent leurs frères palestiniens aux cris de Mort aux Juifs. Il ne faut, surtout pas stigmatiser mes amis. L’islam est une religion de paix et si l’on tue autant en son nom, ce n’est que du fait d’une infime minorité. Bon, c’est probable, mais le moins que l’on puisse dire c’est que l’immense majorité des croyants est particulièrement silencieuse. Non que personne ne s’indigne du dévoiement de cette religion par des fanatiques poilus, mais plus surement parce que la peur fait recette et que l’intelligence lasse. Et les musulmans ne sont pas les seuls à blâmer quand nos dirigeants se payent de mots pour éviter d’appeler un chat un chat et un fou de Dieu un fou.

64_dilem_120416015959Ainsi, pour nos dirigeants éclairés, l’État Islamique qui vient de nous déclarer la guerre n’est pas un Etat, certes, mais surtout, il n’est pas Islamique. Nous l’appelons donc DAESH. C’est de l’arabe, c’est exactement la même chose, mais sans le mot islamisme, en français, dedans. Surtout pas d’amalgame camarade ! Au lieu de donner la parole aux musulmans, légitimement scandalisés par les méthodes des barbares qui se revendiquent de la même religion qu’eux, il convient de faire disparaître toute référence à l’islam. Se cacher derrière son petit doigt, ne fait pas disparaître le péril. Le vrai danger ce n’est pas l’Islam, c’est l’intrusion dans notre monde, d’une doctrine qui veut imposer la pratique de cette religion par la force et la terreur. Cette idéologie à un nom : l’islamisme et il ne connaît aucune modération, au contraire d’un Islam qui peut, lui, être pacifiquement pratiqué par des citoyens français, aussi respectueux de la croyance d’autrui que la république l’est de la leur. Ce sont ces modérés qu’il convient de promouvoir et de défendre au nom des droits de l’homme, pas les hordes de crétins fanatisés qui voilent leurs femmes, exigent un apartheid alimentaire pour leurs gamins et souhaitent utiliser les Mosquées comme autant de rampes de lancement pour les djihads à venir.

1474077025Les « ismes » sont rarement pacifiques ou alors c’est que, comme pour les poulpes, on leur a durement tapé dessus pour les attendrir. Voyez le Christianisme. Aujourd’hui, c’est tout doux, mais c’est qu’il a fallu lui en mettre dans la tronche pour en arriver à un stade si élevé de compassion, qu’il pousse pratiquement les curés à passer la truelle à l’imam pour édifier une Mosquée. À voir ce qui reste du christianisme, on y est peut-être allé un peu fort. Quoi qu’il en soit, l’islamisme light, ça n’existe pas ! Il ne viendrait à personne l’idée de suggérer que le racisme puisse être une théorie sociale modérée dévoyée par quelques fanatiques qui nuisent à la pratique pacifique de l’immense majorité de ses adeptes. Personne n’a jamais intenté de procès à Monsieur Désir en racistophobie, alors cessons d’accabler ceux qui luttent contre l’islamisme, en en faisant des islamophobes quant ils ne sont que des combattants de la liberté.

 Le socialisme est mort, mais les socialistes ne le savent pas

32858138Comme le canard qui continue de bouger une fois sa tête tranchée, les socialistes persistent à s’agiter dans tous les sens, sans doute afin de se persuader que leur existence en a encore un (sens). En réalité, plus rien ne justifie leurs élucubrations, mais ils persévèrent, persuadés que le monde ne peut se passer de leur parole, même si plus personne ne parle leur langue. J’en veux pour preuve les réactions infantiles qui ont suivi le second effet Kisscool des Municipales de mars dernier : la perte du Sénat. Cette anomalie démocratique, selon les mots de Lionel qui, en sa qualité de trotskiste en connaissait un rayon tant en anomalie qu’en démocratie, le Sénat donc est revenu dans le viseur de la gauche qui cause comme ce qu’il y a de plus urgent à réformer. Pendant trois ans, tout allait bien. Maintenant que ces salauds de droite sont de nouveau aux commandes, il convient de supprimer la chambre haute qui ne sert plus à rien. Soit, mais s’il faut supprimer les gadgets inutiles, on pourrait peut être commencer par tous ces fromages où règnent la gabegie et le népotisme entre camarades qui se repassent les plats, sans aucun contrôle démocratique. Je veux bien entendu parler : du Conseil Economique et Social, du CSA, du défenseur des droits, de l’INPES et autres ducomité des finances locales… j’arrête là la litanie de ces « machins » destinés à tuer l’initiative et à rééduquer le citoyen, ils sont tellement nombreux que même l’État ne s’y retrouve pas.

203-deputes-du-parti-socialiste-sur-290-demandent-aux-frondeurs-de-rentrer-dans-le-rang_4960454-L En parlant de rééducation, nous n’avons pas fini de rire. Les possibilités d’action de notre Président Normal étant réduites à peau de balle par la grâce combinée de son incompétence économique, de son aveuglement idéologique de synthèse et des déficits qu’il s’échine à continuer de creuser, les pantins qui lui servent de ministres ne vont faire que s’agiter dans le bocal pendant les deux ans et demi qui lui restent à tirer. Les autoroutes gratuites le week-end de la folle du Poitou ne sont que les prolégomènes au grand n’importe quoi qui nous guète. Stéphane, Le Foll de la Sarthe en est lui réduit à abjurer la grande distribution de se lancer dans le patriotisme alimentaire pour lutter contre la déflation. On croit rêver quand le même lance « la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire ». Le message de cette journée indispensable au vivre ensemble : il faut finir son assiette ! Vous avez bien lu : l’État nounou dans toute la splendeur de son lustre, aussi couteux qu’inutile. Des conneries de cet acabit, le gouvernement socialiste en sort deux à trois par semaine. Comme il nous en reste 120 avant de renvoyer pépère en Corrèze, on peut donc s’attendre à de belles poilades d’ici mai 2017.

1625504_10152801310879851_1344416672484586049_nIl y a, du reste, bien longtemps que les ténors du PS nous ont habitués à privilégier l’accessoire sur l’essentiel. Faire du mariage un droit fondamental de l’Homme quand la situation économique précipite des millions de personnes dans la précarité, il fallait être socialiste pour le réaliser. De même : libérer des milliers de détenus, au prétexte que la prison est criminogène, tout en renforçant la répression sur les automobilistes coupables de résister égoïstement aux charmes de la collectivisation des transports est une trouvaille de nature à remonter la cote de popularité d’un Président mal aimé. Enfin que dire d’une école qui n’a jamais formée autant d’illettrés, mais que l’on continue à gaver de fonctionnaires, comme si la dépense seule pouvait apprendre à lire (compter il y a longtemps que nous avons renoncé : regardez le nombre de députés qui votent ce qu’ils appellent des budgets depuis 40 ans). On sait depuis belle lurette que l’argent gaspillé en enseignants ne fait rien à l’affaire. Même pour les plus réfractaires aux évidences, il est difficile de croire que 60 000 profs recrutés avec des notes allant jusqu’à 4/20 aux concours seront de nature à faire progresser les choses. Remarquez ce n’est pas grave, Nadjat veut remplacer les notes (odieusement stigmatisantes) par des lettres. Avec cette logique hilarante, on finira bien, un jour, par noter les candidats aux concours de la fonction publique avec des gommettes.

ATT000071

Le monde est fou et il n’est pas prêt de s’arrêter de l’être. Il n’est pas pour autant interdit aux sains d’esprits d’en finir avec la lâcheté qui consiste à démissionner devant les élucubrations des cinglés, sous prétexte qu’il est plus confortable de ne rien dire. Il est vrai que dans un État Potemkine qui a aussi fortement inversé le sens de ses valeurs, il est parfois risqué de rappeler des évidences. Lorsque vous n’avez pas la bonne couleur, la bonne religion ou la bonne orientation politique pour les dire, ces mêmes évidences peuvent vous valoir des condamnations, parfois bien plus fortes que celles encourues par des détrousseurs de petits vieux. C’est lorsque l’on commence à risquer la prison pour avoir exprimé ses idées que les choses se compliquent. On en vient subitement à réaliser qu’à force de ne pas réagir, on a gentiment glissé de la démocratie à la dictature. Généralement, on s’en aperçoit trop tard !

10620775_662073517242179_3007258066319623681_n